• Comme meilleur sélectionneur : élisez Deschamps!

    Que s'est-il passé dans le vestiaire à la mi-temps pour que l'équipe de France, muette depuis plus de 500 minutes et menée 1-O par la Biélorussie, 73ème nation au classement FIFA, parvienne à mettre 4 buts en une seule mi-temps ? Notre rédaction, qui a mené l'enquête, est heureuse de vous livrer en exclusivité les révélations d'un joueur français qui a accepté de témoigner de façon anonyme.

    La rédaction : Comment expliquez-vous ce renversement de situation en deuxième mi-temps ?

    Le joueur :  Il y a deux choses. D'abord, il y a ce but de Lloris qui nous a montré la voie. Cela faisait tellement longtemps qu'un joueur de l'équipe de France n'avait pas marqué qu'on avait presque fini par oublier ce que c'était. Ca a été comme un déclic, on s'est dit que si notre gardien y arrivait, tout le monde pouvait y arriver. Et puis, il y a eu le discours du coach...

    La rédaction : Que vous a-t-il dit ?

    Le joueur: D'abord, il a un peu titillé notre orgueil en nous disant qu'on avait le même jeu que le P.S.G mais sans les individualités...

    La rédaction : Avez-vous pensé à ce moment-là qu'il avait été trop loin ?

    Le joueur : je ne sais pas, on avait sans doute besoin d'entendre ça mais c'est rien à côté de ce qu'il a dit après...

    La rédaction : ...

    Le joueur : il l'a jouée à l'intox, il a dit que si on ne se bougeait pas, il faisait rentrer Karim en pointe, Bakary et Patrice sur les côtés et Joshua tout seul au milieu. Beaucoup nous reprochent de ne pas suffisamment aimer l'équipe de France mais je peux vous dire que personne n'avait envie de voir ça. Quand tu es attaché au maillot bleu, il y a des choses que tu ne peux pas accepter, nos supporters ne méritaient pas ça.

    La rédaction : C'est donc ça qui vous a transcendé ?

    Le joueur : Oui, enfin, pas seulement... On a accusé le coup quelques minutes puis on s'est encouragé mais dans le couloir, juste avant de rentrer sur le terrain, le coach en a remis une couche...

    La rédaction : Qu'a-t-il bien pu dire de pire que ça ?

    Le joueur : Il nous a dit qu'il avait eu Domenech au téléphone et qu'il acceptait de reprendre l'équipe en cas de défaite. Puis il a ajouté que s'il revenait, il rappellerait Toulalan et Anelka. C'est là qu'on a su qu'on ne pourrait pas perdre.

    « La fin de "Richard gère"Avia fait le plein d'indécence »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :