• Un président ne devrait pas faire ça

    « Mais que faisait cette péronnelle sur le perron de l’Elysée, vêtue d’une chemise à l’intérieur de laquelle on aurait facilement pu loger deux ou trois premières dames ? » se sont demandé les mauvaises langues, qui auraient certainement aimé que Jupiter s’attirât les foudres des citoyens français et que Rihanna lui rît au nez. Il n’en a rien été, car si Emmanuel Macron a reçu dans la foulée Bono et la chanteuse de « Diamonds », ce n’est nullement pour briller, comme le prétendent certains de ses détracteurs, mais uniquement pour le bien des enfants à travers le monde. En effet, s’il y a bien une valeur que Macron partage avec l’ancien président Sarkozy, c’est indubitablement la haine des people et du bling-bling.

    La preuve : celle qui a été élue il y a peu « personnalité humanitaire de l’année », devançant de peu Patrick Sébastien et Marilyn Manson, a qualifié sa rencontre avec le chef de l’Etat d’ « incroyable », impossible de croire que c’est simplement parce que l'interprète de « Diamonds » est très polie. D’ailleurs, on a vu la chanteuse et le président éclater de rire sur une photo, or on sait bien que Macron déteste la mise en scène du politique et le tout pour l’image. Et que certains critiquent son entrevue avec la star américaine, il n'en a Rihanna faire.

    Même l’intelligent Bono, pourtant pas sorti de la cuisse de Jupiter, a, selon le Huffpost, loué son ouverture « pour trouver des manières innovantes d’aider les plus pauvres ». On ne saurait mieux dire : quand il s’agit de protéger les plus modestes tout en leur sucrant des aides, Macron sait répondre à l’APL. Certes, le président a déjà prévu de baisser le budget de l’aide au développement de 140 millions en 2017. Mais, qu’on se le dise, c’est pour mieux l’augmenter en 2022, car non content d’avoir un grand cœur, Manu a également toute confiance en son successeur. Qu’en dit Bono ? Qu’il a bien raison naturellement, et que l’important, c’est d’augmenter le budget, que cela se fasse « with or without you ».

    Le chanteur de U2 s’est d’ailleurs dit « très satisfait de sa conversation singulière » avec le président. Au point qu’il banda, Bono ? Impossible de le savoir. Mais ce qui est sûr en revanche, c’est que les deux stars ont « parlé de la crise des réfugiés ». Encore une preuve que pour Macron, tout se fait « In the name of love ». Quant aux grincheux qui prétendent déjà que le thème abordé montre à quel point les deux hommes n’ont échangé que des banalités, ils oublient que le président ne peut pas aborder tous les sujets, au risque de devoir annuler sa rencontre sur les stratégies géopolitiques avec Jul. Et si jamais les promesses de Macron n’étaient pas suivies d’effets, Bono pourrait toujours se consoler en chantant avec une inspiration retrouvée « but I still haven’t found what I’m looking for »

    Et Macron, que dit-il de tout cela ? « Quelle femme, nom de Zeus ! » se serait exclamé Jupiter juste après son entrevue avec Rihanna. « You look good ! » lui aurait dit Bono. « You too ! » aurait répondu le chef de l’Etat. Et qu’importe si les médias ne retiennent de ces entrevues que le côté anecdotique et non l’immense générosité et l’incroyable grandeur d’âme de notre président. Car après tout,  l’important, pour « Jupiter » comme pour le soleil, c’est que la Terre continue de tourner autour de son astre.

    « Justin Trudeau est-il juste un trouduc ?
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :