• Justin Trudeau est-il juste un trouduc ?

    Le 1er ministre canadien jouit d’une forte popularité et on ne peut pas dire que la presse l’oppresse. Comment expliquer l’enthousiasme que le jeune quadra génère? Alors qu’il incarne le libéralisme ? Qu’il défend le CETA Québec et ongles ? Et qu’il se montre bienveillant à l’égard des extrémistes religieux ?

    Tout simplement parce qu’il incarne toutes les « valeurs » à la mode bien qu’on ne puisse pas pour autant parler de Valeurs Actuelles.

     

    La première valeur qu’il incarne, c’est l’ouverture. La véritable ouverture, celle qui pratique le bien en prônant le libre échange et la mondialisation. Celle qui exploite les ouvriers en faisant pression sur les bas salaires, celle qui s’enrichit sur le dos des plus pauvres pour le bien commun. Car ce qui est vraiment mal à notre époque, c’est d’empêcher tous les capitaux et les marchandises qui le souhaitent de se déplacer partout à travers le monde. En matière de libre circulation des biens, il faut écouter ce que les marchands disent.

     

    Tous ceux qui empêcheraient ce système ne peuvent agir que par manque d’ouverture. Et comme, c’est bien connu, il n’y a personne que la fermeture éclaire, pour ces gens là, ça ne fait pas un pli : leur surmoi est empreint de repli sur soi. Au Canada, rien de tout cela. On veut être ouvert à tous les vents à Vancouver. Pas étonnant donc que Justin Trudeau ait été invité au mois de février par le président du parlement européen et que les eurodéputés lui aient réservé une standing ovation de plus d’une minute à la fin de son discours. Comment ne pas les approuver ? En matière de libéralisme, il faut « faire la ola » devant tous ceux qui refusent de « mettre le holà ». L’instauration du CETA risque d’écrémer toutes les petites fermes laitières car le prix du lait au Canada est 2 fois supérieur au prix du lait en Europe ? Pas grave. La tactique est simple : laisser parler tous ceux qui pensent que c’en est assez du CETA en espérant que ça va se tasser.

     

    La deuxième valeur chère à Trudeau c’est la tolérance. Alors quand on lui reproche de relativiser, au nom de la différence culturelle, les crimes d’honneur ,de faire preuve de sympathie à l’égard de l’ISNA, des frères musulmans et du renouveau islamique au point qu’il se fait reprendre par le président du congrès musulman canadien lui-même, il fait semblant d’être un peu dur de la feuille d’érable. Car Justin Trudeau l’a dit : « Nos racines s’étendent aux quatre coins du globe » et « Le multiculturalisme est notre force ». Il n’a que faire de faire taire les sectaires. Il est convaincu que pour combattre les méchants extrémistes, il faut être extrêmement gentil avec eux. Et il n’est pas le seul. « C’est Formidable », nous explique-t-on : enfin un homme politique qui ne soit pas « islamophobe ». La diversité, c’est bien connu, est une valeur en soi, même quand celle-ci promeut l’absence de diversité. Il faut laisser les femmes libres d’être opprimées. Il faut tolérer tous les intolérants. Et il n’y a pas plus généreux que de rassembler tous ceux qui divisent en incluant tous les sectaires du monde entier.

     

    Alors, si. La presse lui est tombée dessus une fois pour sa trop grande tolérance : lorsqu’il a rendu un hommage appuyé à Fidel Castro le jour de sa mort. Car le dictateur, au contraire des extrémistes musulmans, fait partie de ceux qu’on a encore le droit et même le devoir de critiquer. La girouette a alors rapidement changé de position plutôt que de rester vent debout face à l’opinion publique. Justin Trudeau ne se rendra finalement pas le front haut à Cuba, sentant sans doute que jurer d’être fidèle à Castro, c’était le meilleur moyen de paraître changeant. Il préfèrera dépêcher quelqu’un d’autre sur place, revenir sur le sombre passé du dictateur cubain et regretter qu’au sujet de Fidel on le casse trop.

     

    Autre « valeur » fondamentale de Justin Trudeau : sa jeunesse. Et rarement autant qu’à notre époque on a méprisé les personnes âgées, responsables du Brexit et du vote Trump ou pire de l’élection à la primaire de la droite et du centre de ce dictateur en puissance qu’est François Fillon.

     

    Tous ces gens qui fustigent parfois avec raison le discours du « tout était mieux avant » ne semblent pas envisager un instant l’éventualité que tout ne soit pas nécessairement mieux maintenant. Et tout ce qui est ancien devient par contamination forcément « rance » ou « moisi ». Pensant sans doute qu’un pays sans conservateurs, lui, ne pourrira jamais, les progressistes sont convaincus que la tolérance ne doit jamais aller jusqu’à tolérer le rance. Avec le portable et les réseaux sociaux qui poussent à bout le concept de narcissisme, on a l’impression que de plus en plus de gens sont convaincus que rien de ce qui s’est fait avant leur propre arrivée sur Terre n’était bon. Justin Trudeau est le produit de tout cela.

     

    Et toute ressemblance avec une fabrication médiatique élue récemment serait bien évidemment purement fortuite.

     

    La dernière valeur incarnée par Justin Trudeau découle de celle-ci : c’est l’image que le personnage se construit lui-même. Comme pour Barack Obama dont on aurait facilement pu croire en ne regardant que ses vidéos sur Facebook qu’il était acteur, chanteur ou danseur de claquettes, tout ce qui compte pour Justin Trudeau et les médias, c’est l’image. Trudeau aurait pu s’inspirer d’Obama pour inventer le slogan « Yes we Canada ». Mais l’élève a tellement dépassé le maître qu’on peut penser que Justin vaut bien 5 Barack au bas mot. Certains de ses proches confient même qu’il se débrouille pour que chaque séquence de sa vie politique corresponde à un cliché Instagram : un savant mélange de politique et de people comme seule notre époque sait le faire.

     

    Et ça marche. Ca marche tellement qu’il pourrait même s’en passer. Plus d’efforts à faire, les médias les font pour lui. C’est par exemple un article du site demotivateur intitulé « 22 raisons de craquer pour Justin Trudeau ». C’est un article d’Elle l’année dernière intitulé : allez-vous craquer pour Justin Trudeau sur ces photos de lui jeune ? Un article de Libé intitulé Trudeau : 8 mois de photos symboles. Bref, c’est à se demander dans quel sens il va effectivement finir par nous faire craquer.

     

    Et comme le ridicule ne tue pas, il a également fait son entrée dans le monde des super héros de Marvel où il est apparu en août sur une des couvertures du cinquième numéro de la série prêt à prendre les gants ou à donner des conseils.

     

    Enfin, dernier élément en date : sa figurine en vente partout. Une figurine qui parle en plus, et dont le discours n’est certainement pas moins intéressant que celui du Premier Ministre. C’est l’avantage du prêt à penser : on peut le transporter partout avec soi. D’ailleurs, que peut-on reprocher là-dessus à M. Trudeau ? N’est-ce pas la suite logique, quand on a beaucoup de pouvoir, de devenir un super héros ? Surtout quand on a construit son succès en promettant à tous monts et Marvel. Et n’ y a-t-il pas une certaine cohérence à multiplier les figurines pour être sûr de n’être jamais un figurant ? Et tant pis si au passage on prend le risque de défigurer la politique, l’important c’est de lui offrir un nouveau visage.

     

    Depuis quelques temps toutefois, quelques voix commencent à s’élever contre son engagement pour la signature du CETA. Suffisant pour qu’il ne soit plus populaire de rien? Rien n’est moins sûr, il ne faut pas, comme on dit au Canada, mettre le traîneau avant les chiens.

     

    Mais comme même cette presse qui lui était jusqu’ici assez largement favorable semble lassée, agacée par son numéro et souhaitant presque qu’il bourre et bourre sa vie d’Instagram et qu’il se rétame, on peut penser que c’est possible.

     

    Ce qui est certain en revanche, c’est qu’on peut se réjouir du fait qu’un Trudeau, il y en ait juste un.

     

    (Chronique parue en premier sur Polony TV sous le titre "Pourquoi Justin Trudeau est-il si populaire?" https://goo.gl/klX9Ud)

     

    « La peur du bide
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :