• Ca flâne pour moi!

    « As-tu été productif aujourd'hui ? » se demande-t-on souvent sans plus se rendre compte qu'on utilise pour soi un adjectif réservé jusqu'à il y a peu aux entreprises. Le travail à la chaîne a quasiment disparu et l'on parle de soi-même comme d'une machine dont il faudrait tirer le maximum. C'est que dans notre société où l'individu est roi et le collectif suspect, le développement personnel et l'épanouissement professionnel sont les deux mamelles de la réussite et de la production de vaches à lait. Et l'inactivité a tôt fait de devenir une tare et celui qui ne fait néant.

     

    Si l'on adjoint parfois l'adjectif « sexuel » au fameux « épanouissement » -mot utilisé pendant très longtemps uniquement pour évoquer la nature puis, par glissement, un visage qui se déride sous l'effet de la joie- , il est très rare en revanche qu'on lui postpose les mots « familial », « amical » ou « amoureux ». A l'heure où s'occuper des enfants n'est pas très tendance, les parents qui crient « famille ! » ne sont pas légion. Et dans un monde qui a peur du vide, si la vie à deux n'est plus envisagée comme un idéal, le célibat est rarement vu comme un choix et oblige parfois à battre sa coulpe de sentir son cœur battre pour son couple.

     

    Quant à « l'épanouissement spirituel », il fait immédiatement penser à la fameuse secte de Skippy tant notre société aspire au spi sans hostie. Le travail devient donc le lieu privilégié de l'épanouissement, le passage obligé vers sa propre plénitude. Certains d'entre nous ont la chance d'exercer un métier qui les passionne et dans lequel ils s'accomplissent pleinement. Mais les récents sondages sur le plaisir au travail montrent qu'on aurait sans doute tort d'en faire une norme.

     

    Même quand notre travail nous comble, l'équilibre n'est pas toujours aisé à trouver : dévisser fissa le vice de l'activisme et se défaire du faire n'est pas une mince affaire. D'autant qu'il s'agit moins de s'en défaire (pas question de donner raison à Macron en devenant un fainéant) que de se méfier de sa toute-puissance et de ne pas faire de la libération par le travail une nouvelle aliénation. Que l'oisiveté soit mère de tous les vices n'implique pas que l'activité soit en soi une vertu.

     

    Quand se sent-on le mieux : quand on connait ce qu'on est ou quand on s'affaire à faire ? Prendre soin de sa tige, s'extasier devant ses pétales, ressembler de plus en plus à une rose qui éclot ne nous empêchera pas de bouffer les pissenlits par la racine.

     

    A l'heure où le verbe flâner a fané, ou « zoner » a peu à peu occupé la zone et où se promener sans but vous donne aussitôt un drôle d'erre et fait automatiquement de vous un vague vagabond, il semble audacieux d'inviter son prochain à regarder passer le train de la vie. Il est pourtant urgent de le faire si l'on ne veut pas le manquer. « Est-ce que tu as eu du temps pour rêver aujourd'hui ? » « As-tu réussi à sentir que tu existais ? », autant de questions que l'on se pose rarement.

     

    Personnellement et au risque de passer pour un homme sans ambition, j'aime que ma vie soit réglée par la mâtine et les vêpres de l'école de mes enfants d'un côté et mes promenades bucoliques de l'autre. Et j'aime également ce que Marguerite Yourcenar appelait le « charme de la vie domestique » (au sens de la vie de la maison, « domus ») qui n'a d'autre but qu' « embellir le monde sur le petit coin où l'on est ».

     

    « Jugeant qu'il n'y a pas péril en la demeure

    Allons vers l'autre monde en flânant en chemin

    Car, à forcer l'allure, il arrive qu'on meure

    Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain »

     disait Brassens.

     

    Rousseau aurait-il écrit Les rêveries du promeneur solitaire s'il avait eu Facebook, Twitter et Instagram? On peut légitimement se poser la question. Dans une société où les métaphores sur l'épanouissement fleurissent, j'ai bien conscience de prêcher dans le désert. Prôner la rêverie à une époque où l'on rit des rêves est sans doute une chimère.

     

    « Mais la voix me console et dit : « garde tes songes », les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous ».

    « Mon Jupiter
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :