• Un Parquet flottant

    Alors que des voix s'élèvent pour accuser la Garde des Sceaux d'avoir exigé la démission du procureur de Paris, on est en droit de s'interroger.

    Est-il possible qu'une femme aussi douce, autour de laquelle seuls la conseillère des politiques pénales, le directeur et le chef de cabinet, le conseiller diplomatique, la directrice des services judiciaires, le directeur des affaires civiles et du Sceau ainsi que son adjointe sont partis, puisse faire preuve d'autoritarisme ?

    N'a-t-elle pas été condamnée qu'une seule fois par le conseil des prud'hommes de Paris pour licenciement injustifié et rupture de CDD « abusive » concernant son ancienne assistante parlementaire, à qui elle a dû verser 5 300 euros en 2004 ?

    Taubira aurait-elle bafoué l'indépendance de la justice, comme certains le prétendent ? Certainement pas. On ne peut pas soupçonner celle qui a commencé sa carrière en 1978 comme militante indépendantiste puis comme directrice de la revue indépendantiste Mawina de ne pas lutter pour l'indépendance.

    De même, si elle a reproché à Falletti d'être proche de l'UMP, c'est sans doute pour éviter qu'il soit à la fois juge et parti. Peut-on décemment blâmer la ministre de la justice de vouloir mettre quelqu'un à l'amende ?

    Selon les deux directeurs de cabinet, rapporte Le Canard du 05/02, on aurait dit au procureur de Paris la chose suivante : « La ministre souhaite que vous quittiez vos fonctions. Elle désire vous remplacer par quelqu'un de sa sensibilité politique »

    Là encore, l'argument ne tient pas. De quelle sensibilité politique est-il question ? : celle des radicaux de gauche et de Bernard Tapie, dont elle était la quatrième de liste aux élections européennes de 1994 ? Celle de Jospin, à qui elle a proposé une alliance avant 2002 ? Celle du groupe RCV (PRG-MDC-Verts-PCR) ou celle de Hollande ?

    Toujours selon Le Canard, on propose alors au procureur général de Paris d'être reclassé comme premier avocat général à la cour de cassation. Alors, de quoi se plaint-il ? L'ingratitude de ce procureur ne fait vraiment pas justice à l'exemplarité du gouvernement.

    François Falletti a confirmé au Monde la tenue de cet entretien :« On m'a effectivement demandé de partir à la Cour de cassation, je n'y suis absolument pas candidat. J'ignore pour quelle raison on me demande de partir, je fais mon travail, et la charge est lourde, avec toute l'intégrité voulue et toute la déontologie, je n'ai pas compris. »

    Quelle mauvaise foi ! Même si le procureur est aveugle, comment imaginer une seule seconde qu'il ne l'a pas vu venir ? Décidément, lui proposer un placard n'aura pas été la meilleure façon de sauver les meubles.

    « Les conditions de nomination sont essentielles pour que les magistrats du parquet apparaissent pour ce qu'ils sont, des magistrats à part entière » disait Taubira le 11 janvier, dans un colloque sur la justice du XXIème siècle. « Il s'agit de faire en sorte qu'il n'y ait plus aucune suspicion concernant l'indépendance des procureurs » ajoutait-elle, en Juillet dernier. Pari tenu, il n'y aura bientôt plus aucune suspicion, seulement des preuves.

    Il ne faut pas s'étonner, lorsque l'on annule les peines plancher, d'avoir ensuite des problèmes de Parquet, diront les mauvaises langues. Mais on ne peut pas reprocher à Mme Taubira sa logique. Pour vider les prisons, il faut bien commencer par casser les barreaux.

     

     

     

     

    « Intoxication élémentaireLe cache-cash de Dieudonné »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    3
    Jeudi 13 Février 2014 à 15:05

    @Nico. Tu as raison, on peut dire que le parquet de Paris n'est pas verni qu'on essaye ainsi de lui savonner la planche.

     

    2
    Dimanche 9 Février 2014 à 21:12
    Un de tes meilleurs articles. Je pense que pour tes histoires de parquet, ça sent le sapin pour le procureur ( je me permets cette petite boutade, car je ne mannie pas très bien la langue de bois...)
    1
    caliméro
    Dimanche 9 Février 2014 à 17:22
    Faudra que la langue française se modernise: Pepe a été suicidé par Don Corléone. Le procureur a été démissionné par la ministre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :