• Un joueur de babyfoot découvre qu'il est détenu à 80% par des fonds d'investissement

     

    Un joueur de babyfoot découvre qu'il est détenu à 80% par des fonds d'investissement

     

    Après les étonnantes révélations des spéculations sur les joueurs de football par le magazine Cash Investigation, Le Parisien annonce ce matin que d’autres sports seraient touchés par ce fléau, à commencer par le babyfoot. Faut-il y voir le début du babyfoot-business ou n'avons-nous affaire qu'à un cas isolé ? La rédaction a mené l'enquête.

     

    L'avenir servi sur un plateau

     

    C'est la stupeur ce matin au café de la gare de Verrières-le-Buisson. Dédé, 54 ans, invaincu au « bab » depuis près de 18 ans, vient d'apprendre qu'il est, à l'instar de certains footballeurs, détenu à 80% par des fonds d'investissement étrangers. « C'est un grand honneur pour nous, ses amis, mais également pour tous les habitants de la ville ! » se réjouit Jojo, le dernier à l'avoir battu en janvier 2001 sur un but qui avait fait polémique, certains ayant jugé qu’il était entaché d’une pissette. Si la nouvelle a fait l'effet d'une bombe dans la commune et si elle valide la brillante carrière de Dédé, il n'est pas sûr pour autant qu'il faille se réjouir de telles spéculations.

    Selon Patrick Soupalpe, économiste, cette évolution n'a rien de surprenant : « Le football a été le premier sport touché mais il est normal que les investisseurs se tournent maintenant vers des sports d'avenir. » Et l'économiste d'ajouter : « Les joueurs de Babyfoot représentent une alternative intéressante aux footballeurs car ils sont moins soumis aux aléas de la vie : ils se blessent beaucoup moins souvent et ils ne sont que très rarement transférés : c'est un investissement beaucoup plus pérenne qu'un footballeur ».

     

    Le football à la barre

     

    Pour Amandine Sauzet, sociologue, il y aurait d'autres raisons, plus profondes, à l'émergence de ce nouveau marché :« En termes d'image, le babyfoot a une longueur d'avance sur les autres sports et notamment sur le foot qui pâtit de plus en plus de l'attitude des joueurs et même des supporters. Les joueurs de babyfoot sont, eux, extrêmement fair-play, jamais un mot plus haut que l'autre, jamais un geste déplacé, sans parler de la discipline tactique dont ils font preuve sur le terrain : chacun respecte son poste. On ne peut pas en dire autant des autres sports. » « En outre, historiquement, le babyfoot est l'un des seuls sports dans lesquels on n'a jamais trouvé trace d'un joueur dopé, au contraire de beaucoup d’autres sports et même du curling ou du croquet » ajoute la sociologue.

     

    Un engouement nouveau qui n’est pas sans conséquences puisque le patron du Bar PMU d’Igny, commune voisine, aurait proposé un transfert à Dédé. Si la plupart des habitants de Verrières n’accordent que peu de chances à ce transfert d’aboutir: “il est trop attaché à nous et à sa ville, il n’acceptera jamais de nous trahir en allant chez le rival” explique Jojo, le joueur concerné semble, lui, beaucoup plus hésitant: “Il faut bien peser le pour et le contre, c’est vrai que j’aime ma ville mais j’ai 54 ans, je suis plutôt en fin de carrière, c’est une belle opportunité à saisir.” “Jouer tous les dimanches dans un bar plein, ça fait réfléchir. surtout que les infrastructures d’Igny sont d’une autre dimension, la moquette du plateau est très verte, les barres sont nettoyées régulièrement, tout ça fait un peu rêver” ajoute le quinquagénaire. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que malgré un transfert qui avoisinerait les 300 000 euros et un salaire de 3000 euros par mois pendant cinq ans, le choix de Dédé sera, selon ses dires, “purement sportif”.

    « Jamais sans mon sans filLe décapiteur du Capital capitule »
    Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :