• Rentrer sans frapper

    Pas facile d'aborder sereinement la rentrée mais même si vous avez le cafard, pensez avant tout à rester calme et évitez de tout casser. Pas la peine que ça jase quand on a déjà le blues.

    Pensez ensuite à tous les petits bonheurs que vous allez retouver : emails, Facebook, Twitter, Inspirez un grand coup et dites : « il n'y a que les mails qui m'aillent ». Cela devrait éviter que la moutarde vous monte au nez.

    N'oubliez pas que le retour à la maison vous fournit également l'occasion de lire les lettres de vos amis. Il est rare, en effet, de ne pas trouver dans sa boîte en septembre une petite lettre du Ministère des Finances, un formulaire d'inscription aux Tap voire quelques nouvelles de la Mantaise des eaux.

    En outre, la rentrée vous offre l'opportunité de prendre soin de votre santé

    Il faut en effet savoir tirer un trait sur les vacances pour faire le point et retrouver la ligne.

    On ne peut pas passer son temps à manger des côtes de porc sur la Côte d'Azur, au risque de ne pas faire de vieux os. Idem pour l'alcool : il vaut mieux arrêter de boire une bière tous les soirs si on veut en finir avec les mousses-tics.

    Et comme le disent si bien les enfants Népalais travaillant dans les usines : « le travail, c'est la santé ! »

    Notre dernier conseil, c'est de garder la tête en vacances. La rentrée n'est pas fatalement la fin de celles-ci, elle peut en être le prolongement.

    Certes, il ne suffit pas de repenser à la piscine pour se mettre dans le bain de la rentrée mais y replonger régulièrement ses souvenirs peut aider à sortir la tête de l'eau.

    Qu'est ce après tout que la rentrée sinon quitter le ciel Azur du Sud pour Bleu ciel d'EDF, les horaires des marées pour les plages horaires, et ne plus s'enduire de crème mais recommencer à passer la pommade ?

    De même, s'il n'y a plus de soleil, vous pouvez compter sur d'autres éléments pour vous taper sur le système. Et rien ne dit que vous n'aurez pas dans vos vies quelques grains de sable, des remous, un peu d'apnée voire un raz de marée pour vous rappeler au bon souvenir de vos vacances.

    Enfin, n'oubliez pas qu'entre les collègues masculins mous et inintéressants et les groupes de blondes qui déblatèrent à la machine à café sur leur patron, vous aurez aussi votre lot de mollusques et de cruches tassées.

    Quoi qu'il en soit, tenez bon en vous disant que grâce à la crise, ce retour au travail sera, avec un peu de chance, de courte durée.

     

     

     

    « Le décapiteur du Capital capituleUne messe sans Messie »
    Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :