• « 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 » etc...outre que ce décompte me rappelle chaque année le tube de Benny B et par là même les heures les plus sombres de notre histoire ; outre que je me suis toujours demandé à quoi cela pouvait bien servir de faire un décompte avant la nouvelle année, j'ai toujours éprouvé le plus profond mépris pour tous les gens qui fêtaient chaque année le réveillon de la Saint-Sylvestre et par conséquent pour moi-même.

    Or, depuis que plus un chat ne s'appelle Sylvestre et qu'il est donc devenu matériellement impossible de le fêter, il est de coutume de célébrer la nouvelle année. Doit-on se réjouir de ces réjouissances ?

    Savoir faire du tri-cycles

    Est-on bien sûr que le début d'une année marque le début d'un cycle et la fin d'un autre ? Nouvel an rime-t-il forcément avec nouvel élan ? Au nom de quoi peut-on être si sûr que les années se suivent et ne se ressemblent pas ? Pourquoi se réjouir de l'apparition d'une nouvelle année si c'est pour célébrer sa fin 365 jours plus tard ? Qu'y a-t-il de si joyeux à commencer une nouvelle année qui nous rapproche un peu plus de la retraite qu'on risque fort de ne jamais toucher ? Ceux qui crient ainsi chaque année « Le roi est mort, vive le roi! » oublient sans doute que le président Hollande est toujours en vie et qu'il n'y a donc pas de quoi en faire un fromage.

    Et puis n'est-ce pas un peu choquant de quitter une année sans en avoir fait le deuil ?

    Les vœux pieux de Saint Pépère

    La deuxième chose qui m'a toujours semblé suspecte dans cette célébration de la nouvelle année, c'est la tradition des vœux que l'on balance à tout-va comme une formule magique censée chasser les mauvais esprits. Quelle différence avec la superstition si ce n'est que la nuit de la Saint-Sylvestre, tous les chats sont gris ?

    Quelle valeur peuvent avoir des vœux de bonne année quand même François Hollande nous présente les siens avec une confiance et une détermination qui n'est pas sans rappeler celle de Jacques Cheminade à la veille des élections présidentielles ? Le seul vœu qui aurait pu se réaliser, c'est le fameux « bonne santé » puisque ça ne dépendait pas de lui. Hélas, il n'y a pas pensé mais nul doute que certains de nos futurs ex-amis s'en chargeront à sa place.

    Un président pas à la fête

    L'autre raison pour laquelle je ne crois pas aux vœux, c'est qu'il y a des vœux contradictoires. On ne peut pas à la fois souhaiter des bons vœux au président et souhaiter dans le même temps à la France de sortir de la crise en 2014 sans risquer la schizophrénie. Difficile également de souhaiter parallèlement la croissance économique et la diminution des gaz à effet de serre ou la victoire du P.S.G en champion's league et l'éradication d'Al Qaïda

    Non, décidément, si Hollande avait vraiment voulu réaliser nos vœux, il aurait commencé par ne pas intervenir à la télévision le soir du réveillon. Doit-on rappeler que le nouvel an se célèbre traditionnellement entre amis ? Les seuls vœux qu'on aurait aimé lui voir prononcer ce sont des vœux monastiques afin qu'il se retire à jamais de la vie politique française, en emportant avec lui, si possible, son ex-compagne. Après un an et demi de présidence, on peut affirmer sans se tromper qu'ils étaient définitivement faits l'un pour l'autre.

    La seule certitude pour 2014, c'est qu'on aura peut-être enfin de vraies raisons de souhaiter l'arrivée de 2015.

    Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • Faut-il ouvrir les cadeaux le 24 au soir ou le 25 au matin ? Cette question continue de diviser les français. Doit-on pour autant considérer que l'heure est grave ?

    Les uns accusent les autres de procrastination et leur reprochent de remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même. Les autres estiment qu'ouvrir les cadeaux avant d'aller au lit, c'est se coucher devant les exigences des enfants.

    Certes, ce n'est pas parce qu'on attend le 25 que les soucis vont s'effacer du jour au lendemain mais est-ce que ça ne permet pas tout au moins de voir les cadeaux sous un nouveau jour ?

    Est-il bien normal que le père Noël, qui attend ce jour toute l'année, doive encore attendre son heure ? Il est temps de faire éclater la vérité au grand jour.

    Avant l'heure, c'est pas l'heur

    Ouvrir ses cadeaux le soir de Noël, avant d'aller se coucher, c'est un peu comme si on vous réveillait à 00h05 le jour de votre anniversaire pour vous les offrir et souffler les bougies puis que vous alliez vous recoucher. Le moment n'est propice ni aux effusions de joie ni à l'utilisation des cadeaux.

    Mais c'est surtout briser la magie de Noël et priver les enfants d'une nuit de fantasmes, comme l'explique si bien Tino Rossi dans sa célèbre chanson :

    « Il me tarde tant que le jour se lève pour voir si tu m'as apporté tous les beaux joujous que je vois en rêve et que je t'ai commandés ».

    A quoi bon ouvrir ses cadeaux avant d'en avoir éprouvé le désir ? « On m'a trop donné bien avant l'envie, j'ai oublié les rêves et les mercis, toutes ces choses qui avaient un prix, qui font l'envie de vivre et le désir, et le plaisir aussi » disait Johnny Hallyday lui-même.

    Au vu de l'analyse profonde des réflexions de ces deux chanteurs, il semble indubitable qu'ouvrir ses cadeaux le 24 soit une dérive matérialiste de notre société, qui, pour reprendre le titre du roman de Morgan Sportès, ne peut s'empêcher de vouloir tout, tout de suite. Ne nous étonnons pas alors si nos enfants deviennent à leur tour des barbares, prêts à fêter Noël toute l'année en arrachant le sac à main des petites vieilles dans la rue.

    Après l'heure, c'est un leurre

    Lorsqu'on analyse d'un peu plus près les paroles de la chanson de Johnny, un passage attire particulièrement notre attention.

    « qui font l'envie de vivre » est une expression qui peut paraître exagérée puisqu'elle sous-entendrait que céder à tous ses désirs et même les anticiper peut mener à la dépression. Pourtant, Johnny ne fait que paraphraser Freud : céder de façon automatique à ses désirs, est, selon le célèbre psychanalyste, une pulsion de mort tandis qu'y résister en les transformant est source de création.

    On peut alors se demander si ouvrir les cadeaux le 25 au réveil ne consiste pas simplement à déplacer le problème et, in fine, à reporter le drame de quelques heures.

    Sénèque un au revoir

    Il suffit alors d'expliquer à votre enfant , la veille de Noël par exemple, de limiter ses désirs à la manière des stoïciens en ne souhaitant que ce qui dépend de lui. Or, comme la venue du Père Noël ne dépend pas de lui, il ne faut pas souhaiter qu'elle se produise (cette proposition est, en outre, une bonne introduction aux syllogismes)

    Si vous ne le sentez pas tout à fait prêt à adhérer au stoïcisme, restez de marbre, il aura le temps d'y revenir.

    Désir de culture ou culture du désir ?

    Contentez-vous alors de lui intimer de sublimer ses désirs comme le préconisaient Nietzsche ou Freud pour les déplacer, par exemple, vers des objectifs culturels.

    Commencez par lui donner un temps de réflexion en reportant Noël à l'année suivante puis profitez de l'année que vous avez devant vous pour l'initier aux joies intellectuelles. Si l'opération est menée avec tact, il y a de fortes chances que votre enfant renonce de lui-même l'année suivante aux cadeaux que vous aviez prévus pour lui.

    Cela vous permettra ainsi de faire de belles économies chaque année et de vous acheter enfin tout ce dont vous avez toujours rêvé.

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Dimanche soir, 19 heures 37, je rentre d’un week-end à Aix avec un ami. Nous sommes à la gare, nous nous apprêtons à prendre le train et je me délecte d’avance des discussions et des fous-rires que nous allons avoir. Juste avant de nous diriger vers le quai, il m’annonce que nous prendrons place à bord d’un IDTGV et sur le coup, je dois bien avouer que cette information ne me semble pas revêtir une importance capitale. La suite me prouvera que j’avais tort.

    Lorsque nous montons dans le train, le conducteur annonce que les différentes voitures sont réparties en deux ambiances bien distinctes : IDzen pour les voyageurs recherchant le calme, le silence et le repos et IDzap pour ceux qui souhaitent dialoguer, échanger, rencontrer. Zen et zap : que ces mots sont bien choisis ! Comme ils reflètent à merveille ce qu’ils désignent et démontrent par là toute la poésie des publicitaires de la SNCF ! Quoi de plus proche de la méditation en effet qu’un voyageur qui tapote frénétiquement sur son iphone le dimanche soir à bord d’un Paris-Marseille ? Et pouvait-on trouver un mot plus à propos que zap pour évoquer des rencontres humaines et la profondeur des échanges ?

    Pour une fois que je voyage en célibataire avec mon ami d’enfance, j’espère bien que nous sommes en IDzap. Mais l’air momifié des voyageurs qui nous entourent ne me laisse que peu d’espoir. Un espoir qui s’éteint définitivement quelques secondes plus tard lorsque le contrôleur réprimande avec le plus grand sérieux deux voyageurs qui avaient osé parler à mi-voix, sans chuchoter suffisamment : « je vous rappelle que vous êtes en IDzen » explique-t-il, comme s’il était possible d’oublier cette oppressante réalité. On peut pourtant tout faire dans l’IDzen. On peut discuter, rire, chanter, danser, on peut même avoir un orgasme, à condition que ce soit en silence.

    L’IDzen, c’est un peu comme le canada dry : ça ressemble à une bonne idée, ça a l’aspect d’une bonne idée, mais ce n’est pas une bonne idée, et c’est pour ça que ça désespère. J’en suis là de mes réflexions et je m’apprête à demander au contrôleur si je ne suis pas en train de lire mon journal un peu trop vite pour l’IDzen lorsque j’entends tout à coup que les voyageurs de l’IDTGV ont la possibilité de bénéficier d’un massage fait par une professionnelle en voiture 14. Je ne sais pas si c’est la voix de l’annonceur ou l’article que je viens de lire mais je me sens d’un seul coup beaucoup plus zen.

     Mais lorsque j’arrive en voiture 14, je m’aperçois que les massages ont lieu dans le wagon restaurant, sur un tabouret aussi confortable que peut l’être un tabouret SNCF, et qu’il y a déjà un jeune homme qui profite du savoir-faire de la masseuse, accompagné d’un ami à lui, qui, un verre de rosé à la main, profère des remarques aussi délicates que : « Ben, dis-donc, t’as de la chance mon salaud, t’es toujours dans les bons plans, toi ! ». J’ignore  de quel wagon proviennent ces deux énergumènes mais ce dont je suis sûr après cette première expérience IDTGV, c’est qu’il faudrait parfois zapper pour pouvoir rester zen.

    Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Bronzer est une chose, donner l’air de s’en désintéresser en est une autre et tout l’art du bronzage réside dans ce double défi. Quoi de plus agaçant en effet qu’une personne bronzée qui vous explique négligemment qu’elle a le teint mat sans préciser qu’elle passe le plus clair de son temps à se l’assombrir ?  Et quoi de plus grisant que de noircir en étant blanchi de tout soupçon ? Notre rédaction vous révèle tous les secrets d’un bronzage optimal en toute discrétion.

    Un bain de sommeil 

    Pour optimiser votre bronzage, n’oubliez pas que la peau doit absolument être reposée. Une peau saturée bronze moins. Lorsque vous êtes en vacances, pensez à bien manger et à bien vous hydrater après chaque exposition. Evitez de sortir, de boire autre chose que de l’eau (alcool à bannir) et couchez-vous de préférence aux alentours de 21 heures. dès que le soleil disparaît.

    Echec ou Mat

    Une grande partie de la réussite de votre entreprise repose sur l’aspect tactique. Il faut bluffer votre adversaire. Tout bronzage trop rouge est à bannir car il révèlera votre goût pour l’exposition prolongée. Une bonne couche de crème est donc nécessaire mais rien ne vous empêche de l’assortir d’une couche d’huile d’olive et de graisse à traire. N’hésitez pas à prendre un air surpris lorsqu’on vous complimente sur votre teint hâlé. De même, ne révélez jamais votre lieu de vacances mais restez évasif. Si vous vous sentez en confiance, vous pouvez même tenter un coup de poker en affirmant que vous étiez à Tourcoing, à Sedan, voire à Charleville. Cependant, n’allez jamais jusqu’à prétendre que vous êtes resté chez vous, les gens risqueraient de vous démasquer. N’oubliez pas en effet qu’aller au soleil est une condition indispensable à l’obtention du bronzage.

    N’ayez pas peur de vous faire carotte

    Pour augmenter votre capacité de bronzage, rien de mieux que la carotène. Certes, on n’en trouve pas que dans la carotte et de nombreux aliments comme le melon, le pamplemousse ou même les petits pois en sont pourvus mais le plus efficace est tout de même de se l’injecter tous les matins en intraveineuse : c’est beaucoup plus discret que l’autobronzant et vous ne risquez donc pas de vous faire piquer.

    Rien ne sert de noircir, il faut rôtir à point

    Il faut savoir limiter l’exposition. Les risques de cancer de la peau sont réels, il ne faut pas les négliger. Pas plus de sept heures par jour au soleil en évitant l’exposition aux heures les plus chaudes, entre 14 heures et 14 heures 30. N’oubliez pas également qu’avoir une insolation, c’est prendre le risque de vous priver de plusieurs jours de bronzage. L’idéal, pour éviter ce genre de contretemps, est de porter constamment quelque chose de frais sur le crâne. Une glacière discrète remplie d’accumulateurs en guise de casquette fera parfaitement l’affaire

    Hâlé au lit

     Pour augmenter  votre temps de soleil, essayez de vous faire arrêter une semaine supplémentaire. Mais attention !, cette semaine doit être prise avant vos vacances, jamais après car vous serez beaucoup trop bronzé, et dans ce cas, se faire porter pâle revient à se faire griller…

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • A défaut du printemps, l’été approche et à l’idée d’aller sur les plages traîner votre spleen et faire transpirer votre graisse, vous rêvez de retrouver un corps de sirène pour plonger dans l’eau sans déclencher un Tsunami et y flotter sans être pris pour une bouée. Mais si cela vous semble un rêve inaccessible, cette chronique vous montrera que ce n’est pas la mer à boire. Il faut simplement faire preuve d’un peu d’astuce.

    1. Un prêté pour un rendu

    Contrairement à ce qu’on croit, tout n’est pas dans l’alimentation et là encore, le facteur psychologique compte beaucoup. Si vous mangez un aliment en visualisant déjà l’effet qu’il produira sur votre corps, il y a fort à parier qu’il vous fera grossir. Mangez-le plutôt en imaginant ce que ça vous ferait de le vomir.

    2. A quel sain se vouer ?

    Tous les jours, on entend qu’il faut manger sainement mais chacun a sa définition de ce qui est sain : faut-il manger bio, allégé, opter pour les compléments alimentaires ? Notre conseil est très simple : privilégiez les fruits et les légumes. Manger ce qui sort de la terre est plus sain et ce n’est pas un hasard si nos ancêtres mangent encore les pissenlits par la racine.

    3. Ne rompez pas votre jeune

    Scientifiquement, il est prouvé qu’on est plus mince quand on est jeune or, la jeunesse, c’est souvent psychologique. Porter quelques pulls Blanc-Bleu, Chevignon voire Waïkiki est fortement recommandé. De même, ponctuer chacune de vos phrases d'un "c'est clair!", d'un "grave!" ou d'un "Nan mais allo quoi!" devrait rapidement vous aider à retrouver la ligne.

    4. Régler le problème au chaud

    La chaleur est votre amie. Pourquoi vous obstinez-vous à rester dans le froid et la grisaille ? Si vous voulez vraiment maigrir, il faut faire preuve d’imagination et d’esprit d’initiative. N’hésitez pas à partir loin pour fuir le froid. Un séjour aux Maldives ne peut vous faire que du bien. L’absence de stress conjuguée à la présence de soleil est idéale pour que votre corps se détende et que votre ventre retrouve tonus et élasticité. Dans l’idéal, pour éviter de stocker des kilos l'hiver, débrouillez-vous pour éviter au maximum cette saison en voyageant dans des pays chauds.

    5. Joindre l’utile au désagréable

    Le manque de temps et un goût peu prononcé pour le sport sont les excuses le plus souvent avancées pour justifier l’absence de pratique d’un sport.  Passer l’aspirateur, la serpillère, faire la vaisselle ou nettoyer les carreaux sont des exercices, qui, s’ils sont pratiqués quotidiennement, peuvent facilement vous faire perdre quelques grammes.

    6. Mieux vaut prévenir que maigrir.

    Pensez enfin, dès le prochain hiver, qu’il est plus aisé de ne pas prendre de kilos que de chercher à les perdre. Pour cela, ne pas tomber enceinte, ne pas prendre la pillule, ne pas aller en soirée, éviter de manger du chocolat à Pâques ou à Noël et être au régime toute l’année sont autant de choix qui vous feront gagner du temps.

    Mais surtout, dans tous les cas, ne vous découragez pas : « maigrir est l’acte naïf de vouloir être intelligent » disait Roland Barthes. L’un est donc beaucoup plus accessible que l’autre.

    Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique