• Je me suis souvent demandé pourquoi autant de présentateurs de Radios Fm tenaient tant à nous asséner, dès le matin, le programme télé du soir.

    Naïvement, j'ai pensé pendant longtemps que c'était une vision proche du stoïcisme nous incitant à relativiser nos malheurs, du genre : « c'est Lundi, la journée va être pourrie au bureau mais ça pourrait être pire : il y a Joséphine Ange gardien et Louis La Brocante ce soir à la télé, vous voyez que tout ne va pas si mal »

    C'est effectivement une bonne thérapie de se dire qu'il y a pis. Mais, un jour, je me suis aperçu que les chroniqueurs semblaient réellement enchantés d'annoncer le programme télé du soir. Et là, je dois avouer que la cohérence du raisonnement m'échappe. Quel est le sous-entendu sinon « Rassurez-vous : vous êtes en train de vous ennuyer à mourir avec notre émission de nazes mais ça ira mieux ce soir »

    Personnellement, entendre parler du programme télé à la radio me pousse la plupart du temps à l'abandon de poste. Doit-on en conclure pour autant que la télé fait écran à la radio ?

    Marre....à bout ?

    Pas si sûr. D'une part, parce que si les radios avaient constaté des baisses d'audience, elles auraient sans doute changé de stratégie. D'autre part, parce que la diffusion de l'horoscope me semble aller dans le même sens : la programmation musicale est-elle si médiocre qu'il faille faire appel systématiquement aux hypothétiques bonnes surprises que la journée nous réserve pour éviter l'ennui ?

    Que les radios essayent, grâce à l'horoscope, de nous envoyer de bonnes ondes, ça peut se comprendre. Mais penser que parce qu'un devin du dimanche nous dit que les astres sont favorables, tous les voyants sont au vert, ça ne me semble pas très astro-logique. Comment faire confiance au hasard de la vie ? Est-il normal que pour retrouver le moral, jouer aux dés prime ? Comment être sûr, parce qu'on s'est fait tirer les cartes, de ne plus tirer la tronche ? N'est-ce pas un peu utopique de regarder dans une boule pour ne pas les avoir ? Que se passera-t-il si les signes du zodiaque calent ? Est-ce de bon augure pour la journée ?

    Quand j'entends la platitude des prédictions de ces oracles au désespoir, je ne peux m'empêcher de penser qu'il est humain de confondre inspirer la Pythie et faire pitié.

    Mais il y a pire. Les radios pourraient au moins avoir l'idée, à travers ces horoscopes, de se faire de la pub.

    ex. Pour Nostalgie : « un chagrin amoureux vous donnera envie d'écouter toute la journée de vieilles chansons pour replonger dans vos souvenirs » mais non, même pas. Au contraire, j'ai entendu l'autre jour un horoscope suggérer aux béliers un long voyage, sans même prendre la peine de vérifier si le pays en question hébergeait au minimum le site Web de ladite Radio.

    RTL avait eu le grand mérite, pendant des années, de faire un horoscope très clair et valable pour tous les signes et tous les jours de l'année : « si tu n'écoutes pas RTL 24 heures sur 24, tes rêves de thune peuvent faire leur valise »

     

    Comme quoi, pas besoin d'être une lumière pour devenir Madame Soleil.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Chaque année, quelques jours avant le 31 octobre, je cherche sur internet la liste des pays ne fêtant pas Halloween et je rêve de déménager en Jordanie (comment auraient-ils réagi si la fête s'était appelée Halal'Oween?) ou dans la région d'Omsk, en Sibérie, où la fête a été interdite dans les écoles en 2013, tant je suis hanté par le souvenir de l'année précédente.

    Et pour cette édition 2014, bien que je ne croie pas aux fantômes, j'ai beaucoup de mal à imaginer qu'il n'y aura pas quelques revenants.

    Quel mal ai-je bien pu commettre pour devoir assister chaque année à une marche de zombies pas très futés sur les routes ? Rendre un culte aux morts signifie-t-il nécessairement rendre inculte à mort ?

    Je ne vais pas chercher à faire semblant ni à rester là sans maudire : être dérangé toutes les dix minutes par des gosses qui viennent me demander des bonbons, je crois que je préférerais encore l'écartèlement ou la roue. Même la fête des morts, à côté, c'est le 14 juillet.

    Si c'était pour nous filer une bonne bouteille de vin ou un bouquet de fleurs, passe encore. Mais pas du tout, c'est pour nous demander des bonbons et nous jeter un sort.

    Pourquoi des bonbons ? Pour leur santé, ne vaudrait-il pas mieux leur donner du jus de carotte, des yaourts au lait de brebis ou des choux de Bruxelles plutôt que de la gélatine de porc ? Le pire est que parfois, les parents sont là, à côté, tout contents de participer à cette fête de la malbouffe (je les soupçonne d'ailleurs fortement de ne pas rester chez eux pour ne pas être dérangés par les enfants des autres).

    J'ai souvent envie de leur demander pourquoi ils n'achètent pas eux-mêmes des bonbons à leurs mômes, s'ils y tiennent tant que ça, mais je sens qu'il faut que je me retienne. C'est sans doute que je ne comprends pas toutes les subtilités de cette célébration celte, et je ne voudrais surtout pas, un jour de Halloween, travestir le sens de la fête.

    Il faut dire aussi que cette coutume ne fait pas partie de notre culture. Sommes-nous obligés d'aller prendre des idées affreuses chez les autres ? Est-ce que les Etats-Unis auraient l'idée d'importer Plus belle la vie ? Ou nous Derrick ? (ah, non, mauvais exemple). Sommes-nous si désœuvrés qu'il faille maintenant assaisonner nos vies avec du celte ? Pourquoi pas fêter la Saint-Patrick et le Nouvel An chinois pendant qu'on y est ?

    Quand j'étais petit, mes parents me disaient de ne surtout pas suivre les adultes qui me promettaient des bonbons. Maintenant, ce sont les parents eux-mêmes qui envoient leurs enfants sucer la friandise du voisin.

    En outre, menacer de représailles les gens qui ne donnent pas de bonbons, c'est tout simplement du vol . Et il faudrait être de très mauvaise foi pour prétendre qu'apprendre le racket à nos enfants, c'est de la balle.

    Quant à la logique de cette fête, je dois avouer qu'elle m'échappe. Quel rapport entre les bonbons et les monstres ? Ils ne peuvent pas boire un bon bol de sang et de bave de crapaud, comme tout le monde ? Si on veut vraiment jouer à se faire peur et à célébrer le mal, allons jusqu'au bout : foutons-nous des tartes, insultons nous, faisons pire que les vampires mais se déguiser en zombie pour bouffer des fraises Tagada, c'est un peu comme se mettre à poil juste pour aller dormir : c'est du gâchis.

    Or, ne nous voilons pas la face, ce ne sont quand même pas les déguisements souvent très mal réalisés de ces enfants ni leur « trick or treat » qui vont nous faire peur. Si trouille il y a, c'est que nous sommes vraiment des courges. Même à Halloween, ce n'est pas sorcier de distinguer vessies et lanternes.

    Alors, la porte de sortie, l'ai-je pour briser cette malédiction ?

    Oui, fort heureusement, il existe quelques techniques pour passer un Halloween un peu plus tranquille. L'année dernière, par exemple, j'avais éteint toutes les lumières pour faire croire que je n'étais pas là. Mais j'étais constamment dérangé par le bruit de la sonnette. On peut alors la désactiver ou placer quelques paquets de bonbons sur la boîte aux lettres, derrière le portail.

     

    Mais le mieux, à mon avis, est encore d'accueillir les enfants avec un grand coup de pied occulte.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un office sans référence au Fils, une transcendance sans ascendance, un engagement sans vocation, des chants sans invocation, un thé au logis en guise de théologie et même des chorés sans curé : « L'assemblée du dimanche », qui se réunit au nord de Londres, c'est un peu comme le Canada Dry, ça ressemble à une église, ça a la couleur de l'église mais ce n'est pas une église. Est-ce pour ça que ça désaltère ?

    Oui, si l'on en croit ses deux fondateurs, les comédiens Pippa Evans et Sanderson Jones, qui ont « détecté dans la société une soif pour des rassemblements athées empruntant à la pratique religieuse », selon Le huffington Post.

    "Il y a beaucoup de choses dans la pratique religieuse qui n'ont rien à voir avec Dieu: (et vice versa, aurait-on envie de répondre) il s'agit de rencontrer des gens, de réfléchir aux moyens d'améliorer sa vie", explique à l'AFP Sanderson Jones.

    "Aider souvent, vivre mieux et s'émerveiller davantage", tels sont les préceptes de "l'Assemblée du dimanche", qui semble faire des émules aussi bien au Royaume-Uni qu' à l'étranger.

    A quoi ressemble ce type de cérémonie ? Le Huffington Post nous en donne un aperçu :

    « Appelés à réfléchir sur le thème du bénévolat, les fidèles chantent "Help" des Beatles et "Holding Out For A Hero" de Bonnie Tyler ». Il faut effectivement un certain sens du sacrifice pour supporter ces deux chansons.

    Ils écoutent ensuite un "sermon" prononcé par le fondateur d'une association spécialisée dans les questions d'éducation. Une autre fois, rapporte Lefigaro.fr, c'est « un professeur de physique à moustache », Russell Arnott, qui vient « animer une partie de la cérémonie » dans le but d’« expliquer les sciences à ceux qui sont nuls en sciences. »

    Bref, peu importe le thème de la prédication dans cette assemblée sans quête ni requêtes, du moment que c'est intéressant, éloquent et exprimé avec agrément.

    L'important, c'est de prêcher dans le disert. A condition simplement que ça ne dure pas une éternité.

    Enfin, toujours selon Le Huffington Post, « dans une intervention appelée "Pippa fait de son mieux", la comédienne-fondatrice suscite l'hilarité de l'assemblée en racontant ses expériences en matière de volontariat ». On ne pouvait décemment pas s'attendre à ce que la comédienne ne pipât mot.

    « L'office s'achève sous les vivats de l'assemblée et aux cris de "Qui veut une tasse de thé?"preuve que ce type de réunion est en tout cas la leur.

    Mais le succès de la "Sunday Assembly" ne s'arrête pas là. Il montre, selon ses fondateurs, que beaucoup d'urbains athées ressentent un besoin d'appartenance à une communauté.

    "Vous pouvez passer une journée entière à Londres sans parler à quiconque", souligne Pippa Evans. "Je pense que les gens ont vraiment envie d'un lieu de rencontre, qui n'implique pas de boire », commente la fondatrice, comme quoi tous les chemins de l'église sans Dieu ne mènent pas au rhum : on ne remplace pas nécessairement un Notre père par un autre verre. L'église sans Dieu n'est pas Woodstock, ni l'alcool ni la communion des seins ne seront jamais ses deux mamelles.

    Les fondateurs admettent que leurs célébrations empruntent beaucoup au christianisme. D'ailleurs, leur église a reçu le soutien de membres du clergé.

    "En fait les plus agressifs à notre égard sont sans doute certains athées, qui estiment que nous desservons l'athéisme, que nous n'avons pas une bonne façon de ne pas croire en Dieu. C'est assez drôle", remarque-t-elle.

    N' y a t-il pas une certaine logique à ce que les désirs d'élévation de ces laïcs ne fassent pas les Athées rire ? Eux pour qui la Foi n'est rien pensent sans doute que ces nouveaux adeptes ne font pas assez fi d'elle.

    Le problème de Dieu, s'il existe, c'est qu'il est omniprésent. Comment garantir alors à ces fidèles qu'il ne sera pas là ou pire, qu'il ne sera pas lui-même à l'origine de ces élans d'amour et de générosité que l'église sans Dieu promeut ?

    Le vicaire local Dave Tomlinson, venu d'une église voisine pour observer ses nouveaux "rivaux", déclare d'ailleurs : "J'ai senti qu'il y avait autant de ce que j'appelle Dieu ici que dans ma propre église ce matin", dit-il. "Tout ce qui a été dit ici aurait tout à fait sa place dans mon église. J'espère que cela va prospérer".

    En outre, on est en droit de se demander si créer une ambiance du feu de Dieu en son absence ne tient pas déjà du miracle.

    Mais les fondateurs de cette Eglise Athée ont tout prévu. L'un d'eux nous explique ( source :Franceinfo.fr) : "Imaginez que vous avez un caillou dans votre chaussure, vous n'allez pas jeter la chaussure, vous allez juste jeter le caillou. Voilà ce que nous avons fait, nous avons gardé le principe de la religion, mais nous avons jeté le caillou, qui est "Dieu"".

    Sachant que le principe de la religion, c'est de se rapprocher de Dieu, le raisonnement semble imparable. Le responsable de toutes les guerres de religion, de l'intolérance, de la haine, serait donc Dieu et les hommes seraient innocents de tous ces crimes.

    Mais là où l'église sans Dieu fait plus fort que l'église avec, c'est qu'elle parvient à enlever un caillou qui n'existe pas, l'église sans Dieu se revendiquant « athée ». Même à Lourdes, on n'avait jamais vu ça.

    Sur une Pierre, Jésus a bâti son église. Débarrassée de son caillou, l'église sans Dieu est bien décidée à construire la sienne.

    Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Pas facile d'aborder sereinement la rentrée mais même si vous avez le cafard, pensez avant tout à rester calme et évitez de tout casser. Pas la peine que ça jase quand on a déjà le blues.

    Pensez ensuite à tous les petits bonheurs que vous allez retouver : emails, Facebook, Twitter, Inspirez un grand coup et dites : « il n'y a que les mails qui m'aillent ». Cela devrait éviter que la moutarde vous monte au nez.

    N'oubliez pas que le retour à la maison vous fournit également l'occasion de lire les lettres de vos amis. Il est rare, en effet, de ne pas trouver dans sa boîte en septembre une petite lettre du Ministère des Finances, un formulaire d'inscription aux Tap voire quelques nouvelles de la Mantaise des eaux.

    En outre, la rentrée vous offre l'opportunité de prendre soin de votre santé

    Il faut en effet savoir tirer un trait sur les vacances pour faire le point et retrouver la ligne.

    On ne peut pas passer son temps à manger des côtes de porc sur la Côte d'Azur, au risque de ne pas faire de vieux os. Idem pour l'alcool : il vaut mieux arrêter de boire une bière tous les soirs si on veut en finir avec les mousses-tics.

    Et comme le disent si bien les enfants Népalais travaillant dans les usines : « le travail, c'est la santé ! »

    Notre dernier conseil, c'est de garder la tête en vacances. La rentrée n'est pas fatalement la fin de celles-ci, elle peut en être le prolongement.

    Certes, il ne suffit pas de repenser à la piscine pour se mettre dans le bain de la rentrée mais y replonger régulièrement ses souvenirs peut aider à sortir la tête de l'eau.

    Qu'est ce après tout que la rentrée sinon quitter le ciel Azur du Sud pour Bleu ciel d'EDF, les horaires des marées pour les plages horaires, et ne plus s'enduire de crème mais recommencer à passer la pommade ?

    De même, s'il n'y a plus de soleil, vous pouvez compter sur d'autres éléments pour vous taper sur le système. Et rien ne dit que vous n'aurez pas dans vos vies quelques grains de sable, des remous, un peu d'apnée voire un raz de marée pour vous rappeler au bon souvenir de vos vacances.

    Enfin, n'oubliez pas qu'entre les collègues masculins mous et inintéressants et les groupes de blondes qui déblatèrent à la machine à café sur leur patron, vous aurez aussi votre lot de mollusques et de cruches tassées.

    Quoi qu'il en soit, tenez bon en vous disant que grâce à la crise, ce retour au travail sera, avec un peu de chance, de courte durée.

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Il faut savoir s’en servir » me disaient-ils tous d’un air entendu lorsque j’exprimais mes réticences à me munir de cet objet et à faire partie de l’High-Faune.  Je ne pouvais évidemment pas m’imaginer tout ce à côté de quoi je passais. Le dossier de Marianne consacré au portable m’en a donné un petit aperçu.

    Le premier avantage du portable, c’est qu’on peut s’en servir à toute heure.

    Carol, 30 ans, confirme : « Mon copain refuse de retirer son portable de la table quand on mange. Quand je lui parle de politesse, il me dit que mes codes sont complètement désuets. » Un vrai porc-table en somme.

    La jeune femme poursuit : « Il s’endort avec son portable, il se réveille avec son portable. Et quand il reçoit une notification pendant la nuit (…), ça sonne sur le téléphone, sur l’ordinateur et sur la tablette. ». Certes, exhiber ses tablettes  n’est pas nouveau comme technique masculine, mais le faire à certaines heures, c’est prendre le risque d’une explication musclée. Carol ne devrait pourtant pas se plaindre : nombreux sont ceux qui rêvent de pouvoir faire la moue toute la nuit.

    Le journaliste de Marianne précise ensuite qu’« une étude anglaise affirme que 62% des femmes regardent leur smartphone …pendant l’acte sexuel ». Mais dans ce cas précis, pas sûr que le problème vienne de l’addiction au portable, bien que l’étude ne précise pas s’il est sur vibreur.

    De même, si on le regarde une fois toutes les six minutes en moyenne selon une étude menée par Nokia en 2013, cela ne signifie nullement que ceux qui le consultent autant feraient mieux de consulter.

    Le deuxième avantage du portable, c’est la relation privilégiée qu’on entretient avec lui. Selon la psychologue Stéphanie Bertholon, « certains se sentent complètement nus quand ils sortent sans portable ».

    Jean-Manuel, 22 ans, déclare même : « Je n’attends pas que mon téléphone vibre, je le regarde sans arrêt. Même quand je suis en conversation téléphonique, je l’éloigne de ma joue pour jeter un coup d’œil. Je ne m’en sépare jamais. »

    Comment ne pas être touché par une telle complicité ? Comment ne pas être sensible à la beauté de cet amour désintéressé ?  Les psychologues de tous bords ont bien tort de penser qu’il puisse s’agir d’addiction quand il s’agit de la forme la plus parfaite de l’idylle.  Quoi de mieux pour garantir le grand amour qu’une bonne liaison et d’excellentes vibrations ? N’est-ce pas le triomphe absolu de l’amour qu’un homme soit capable de  dire « Wi-fi » à son téléphone et lui jurer haute fidélité jusqu’à ce que décharge s’en suive ?

    En outre, le portable, qui n’est jamais jaloux, n’empêche nullement son propriétaire d’entretenir quelques relations extra-digitales. Le même Jean-Manuel raconte : « Pendant mon voyage Erasmus, à Budapest, j’étais sans arrêt sur WhatsApp pour communiquer avec ma copine qui était restée en France. Comme c’était du non-stop, j’ai renoncé à certaines sorties, j’ai raté des moments de convivialité ». Ne communiquer que par WhatsApp, c’est un peu donner sa langue au tchat. Mais c’est aussi assumer le risque que sans lui, les souris dansent.

    Bref, même si la psychologue Stéphanie Bertholon « reçoit un patient qui préfère jouer à « Candy Crush » plutôt que d’aller coucher sa fille », on aurait tort de penser que le portable soit casse-bonbons.

    Le troisième avantage du portable, c’est qu’il nous évite de stupidement profiter du moment présent comme une personne lambda pour mieux nous aider à restituer en direct ce moment qu’on n’aura pas vraiment vécu. Marianne rapporte « l’histoire d’un futur papa rapportant à son groupe d’amis, via la messagerie instantanée WhatsApp, les indications de la sage-femme-« col à 7cm », « col à 10 cm » ».  

    Dommage que le papa n’ait pas eu la présence d’esprit de faire un selfie pendant l'expulsion.

    Même pas capte

    Le dernier avantage du portable, c’est qu’il invite à la prudence. Selon une étude Ifop, ils seraient 74% à ne jamais sortir sans leur téléphone. Le mobile nous rendrait donc plus sédentaires ?

    Cela aurait un autre effet bénéfique,  celui de faire émerger un nouveau business, le « digital detox », séjour sans aucune connexion proposé par de nombreux spas et hôtels.

    Pierre Massot, propriétaire d’une chambre d’hôte haut de gamme sur la presqu’île du Médoc, propose ce service depuis dix-huit mois. A ce jour, il n’a accueilli que trois personnes. « Nous avions des gens qui voulaient le faire cet été mais, dix jours avant, ils ont changé d’avis ».

    Il n’y aura donc, pour le propriétaire comme pour les clients, aucune petite coupure. Est-ce à dire que ce concept de « digital detox » serait une magistrale intox ? C’est surtout la preuve que le portable est indispensable.

    D’ailleurs, Francis Jauréguiberry, sociologue, qui « s’était donné pour objectif d’observer les comportements de ceux qui procèdent à une vraie coupure » en est arrivé à cette conclusion très simple : « Ces gens n’existent pas. »

    Jocelyn Lachance, sociologue également, ajoute : « Les voyageurs d’aujourd’hui veulent bien se perdre de temps en temps, mais seulement pour vivre une expérience significative. »

    Grâce au portable, rien ne sera plus jamais le Free du hasard.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique