• Mondial 2022 au Qatar : le Doha dans l'engrenage

    Depuis quelques semaines, la tenue de la coupe du monde 2022 au Qatar fait polémique sous prétexte que les travaux auraient fait quelques morts et qu'il fait trop chaud au mois de juin pour jouer au foot. Il n'y a bien que les footballeurs pour refuser de travailler quand il fait chaud. Est-ce qu'on a déjà vu les internationaux de tennis de Melbourne reportés parce qu'ils ont lieu en plein été austral ? Que dirait-on si Robert et Mohamed refusaient d'embaucher sur le chantier parce que les températures dépassent 35 degrés ? La mauvaise foi des footballeurs est sans frontières. Voici pourquoi nous pensons que jouer la Coupe du monde au Qatar est une idée en or.

    Népalais ou nés au palais ?

    44 népalais morts entre le 4 juin et le 8 août selon The Guardian, c'est la preuve que le chantier avance bien. On ne fait pas d'omelette sans casser des vieux. Si le Qatar refuse régulièrement l'accès à l'eau potable– pourtant gratuite –  pour les travailleurs étrangers et si certains dorment à douze dans une chambre d'hôtel insalubre, en proie aux maladies (toujours selon The Guardian), ce n'est pas par discrimination : on ne peut décemment pas soupçonner les qatariens de reprocher aux Népalais de sentir le gaz. De même, on ne peut que les féliciter de respecter les traditions et de ne pas traiter de la même façon les princes et les ouvriers.

    Les rois de l'hôpitalité

    En outre, il serait totalement injuste de taxer pour si peu les Qatariens de racisme. Abdeslam Ouaddou, ancien joueur de Nancy, parti au Qatar de 2010 à 2012 et s'exprimant lundi 7 octobre sur RTL, peut en témoigner. L'hospitalité qatarienne est sans égale. Il a d'ailleurs eu toutes les peines du monde à revenir en France tant les autorités s'étaient attachées à lui. Grâce au fameux système « Kalafa », pour quitter le territoire, l'autorisation d'une entité de l'émirat est indispensable et elle n'est pas toujours facile à obtenir. Mais les qatariens ne sont pas obtus : malgré leur incroyable sens de l'hospitalité, ils savent aussi, lorsque la situation l'exige, laisser les étrangers retourner dans leur pays : le corps d'un garçon de 16 ans a par exemple été renvoyé à sa famille seulement six semaines après que le jeune homme fut arrivé dans l'émirat pour travailler.

    La bûche de Noël

    Pour déplacer la Coupe du Monde l'hiver, il faudrait bouleverser tous les calendriers nationaux, et, par effet de dominos, les calendriers régionaux et départementaux : c'est toute l'organisation du football mondial qui serait à revoir. En ce qui concerne les droits télé, dans un pays comme l'Angleterre, où énormément de matches ont lieu pendant les vacances de Noël, des pertes considérables sont à prévoir. Mais que les Anglais se rassurent, dans deux des trois scénarios prévus par l'EPFL (la ligue européenne professionnelle de football), la finale de la coupe du monde aurait lieu le 25 ou le 26 décembre, preuve que le Qatar est prêt à respecter toutes les coutumes occidentales pour que Noël ne soit pas la dinde de cette farce. Déplacer un mondial le jour des cadeaux pour que ce soit moins « hot », au nez et à la barbe du père noël, avouez qu'il fallait y penser.

    Le foot : une ouverture en profondeur

    Certes, le Qatar soutient les Frères Musulmans en Egypte et des mouvements extrémistes en Syrie mais les services secrets français n'ont pas trouvé de lien direct avec les jihadistes au Mali. Nous voilà grandement rassurés.

    D'ailleurs, selon Pascal Boniface, spécialiste des relations internationales et interrogé par Le Parisien (03/10), la Coupe du Monde au Qatar peut avoir un impact très positif sur le pays :

    « Il y aura une obligation pour le pays de s'ouvrir davantage, les femmes pourront arriver non voilées, les gens qui voudront consommer de l'alcool auront le droit de le faire et je ne crois pas que les homosexuels seront ennuyés ». Par les qatariens non mais par les footeux ?

    Ne nous voilons pas la face

    En ce qui concerne les prostituées, on imagine mal le Qatar accepter les réseaux sur son sol -Femmes sans niqab ne veut pas dire femmes à niquer- mais on imagine encore moins tous les amateurs de football s'en passer pendant un mois. Or, quand on sait que  pour la Coupe du Monde 2006, L’Allemagne avait recruté 40000 prostituées et qu'au Brésil, pour la coupe du monde 2014, certaines association de prostituées du Minas Gerais, Etat situé au nord de la région Sud-Est du Brésil, organisent déjà des cours de langues étrangères pour préparer l’arrivée massive de touristes durant la compétition, on se dit que c'est peut-être ça, le vrai problème de la Coupe du Monde 2022 et que pour le contourner, les autorités du Qatar vont devoir opérer un véritable tour de passe-passe.

    « Qui c'est les plus forts ? évidemment c'est les VertsLa Franc-Maçonnerie menacée de disparition par la concurrence grandissante de Viadeo »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    3
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 07:27
    Y a pas de quoi chameau...
    2
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 01:20

    Merci Koninico d'être aussi fidèle à mes chroniques, c'est super encourageant pour moi.

     

    1
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 08:48
    Très bon...je te voyais faire un jeu de mot genre cas tard ou cas tard mais non....je kiffe...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :