• Les Teutons Flingueurs

    Est-ce un hasard si depuis qu’un président de la république Français lui fait de l’ombre, la Hollande a la combativité d’un Amsterdamois sous LSD et que son jeu suinte la mimolette avariée ? Serait-elle devenue, elle aussi, une équipe normale ?

    Toujours est-il que dès l’entame, on sent que le match ne va pas tenir toutes ses promesses : aucun crachat, aucun Hollandais pour se frotter un maillot allemand sur le postérieur, pas de « sales Bataves » qui fusent ; on voit même Robben adresser une passe à un coéquipier, Van Bommel parler gentiment à l’arbitre et De Jong faire des tacles réguliers, ça sent le match polissé, ennuyeux, on est loin des RFA-Pays-Bas des années 80 où tous les coups étaient permis et où l’on pouvait facilement faire passer Bruno Germain ou Gernot Rohr pour des poètes.

    C’est pourtant Les Pays-Bas qui se créent la première grosse occasion du match par l’intermédiaire de Robin Van Persie mais l’avant-centre échoue de peu dans sa tentative repoussée en corner par le gardien allemand. Mais cette occasion est un leurre, la belle mécanique Oranje n’est pas aussi bien huilée qu’à son habitude et c’est tout naturellement que les Allemands, habitués à ne pas se faire un fromage de la Hollande, appuient sur l’accélérateur et par l’intermédiaire de leur piston offensif, Gomez, qui tourne à plein régime depuis le début du tournoi, frappent deux fois. A la reprise, les Orange sont dans le rouge et ne semblent plus avoir grand chose sous le capot mais à la 73ème, Van Persie met les gaz et freine les ambitions allemandes.en marquant un but splendide, confirmant que les Hollandais sont dans cet Euro, une équipe à réaction.

    Le diesel est enfin lancé, se dit-on, erreur, les Hollandais calent et les Allemands font ronronner leur football avec beaucoup d’expérience et de sang-froid pour s’imposer finalement 2-1 au bout d’un match maîtrisé de bout en bout.

    L’Allemagne est presque qualifiée et les Pays-Bas presque éliminés. S’ils savaient qu’ils étaient tombés dans le groupe de la mort, les Hollandais ne s’attendaient sans doute pas à être sous assistance respiratoire dès la fin du deuxième match.

    La victoire du Portugal sur le Danemark dans un match où Christiano Ronaldo semble en être resté au stade de la lose depuis son échec sur penalty à Benfica leur laisse une chance infime de s’en sortir

    Ce qui est sûr en tout cas, c’est que Les Allemands sont décidément les maîtres de l’Euro.

     

    « Le mental à la Française de TsongaLa mort de Thierry Roland »
    Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :