• Le film était presque parfait

    Robin Dutt ne décolérait pas à l’issue du 8ème de finale retour de ligue des champions à Barcelone : « Je crois que ce soir, on peut dire qu’on s’est fait voler, l’arbitre n’a pas comptabilisé tous les arrêts de jeu, c’est navrant parce qu’il y avait vraiment la place pour passer. On a fait plus que jeu égal avec le Barça. Dans les dernières minutes, ils étaient à l’agonie. Dans ces moments-là, je comprends Jean-Michel Aulas, je crois que les arbitres ont peur que la hiérarchie internationale soit bouleversée.»

    Le plan de l’entraîneur de Leverkusen pour contrer Messi et ses coéquipiers, frisant la perfection, tenait en quatre points :

    1.     Ne pas encaisser plus de deux buts avant la mi-temps.

    2.     Limiter l’écart à -5 à la 60ème

    3.     Ne pas compter plus de 7 buts de retard à la 90ème

    4.     Profiter des nombreux arrêts de jeu pour surprendre Barcelone et inscrire les 9 buts synonymes de qualification pour les quarts de finale.

    Le moins que l’on puise dire est que jusqu’à la 90ème minute, les Allemands appliquaient leur plan à la lettre en encaissant, dans chacune des périodes clés du match, le nombre maximum de buts qu’ils s’étaient fixés, bien aidés en cela par la prestation tout à fait extraordinaire de leur gardien.

    Non seulement Leverkusen gérait son match tranquillement mais en outre, Barcelone ne semblait pas se méfier outre mesure du piège diabolique tendu par les Allemands et se payait le luxe de faire sortir Xavi et Iniesta alors même qu’à ce moment-là du match, 8 buts suffisaient aux hommes de Dutt pour se qualifier. Une telle naïveté à ce niveau de la compétition était aussi inattendue qu’indigne d’un entraîneur comme Guardiola et on pensait que les Espagnols avaient commis l’irréparable. Mais c’était sans compter sur la participation (involontaire ?) de l’arbitre qui interrompait prématurément la partie et brisait l’élan de Leverkusen qui avait entamé sa prodigieuse remontée et que rien ne semblait devoir arrêter (7-1).

    Evidemment, ce fait de jeu va sans doute relancer la polémique sur l’arbitrage favorable à Barcelone en ligue des champions mais je crois que ce soir, le débat est ailleurs : c’est un immense sentiment d’injustice qui s’empare du monde du football tant la supériorité des Allemands a semblé criante. Ce soir, le meilleur n’a pas gagné.

    « Lyon frôle l'exploitBrandao se met l'Italie à dos »
    Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :