• Le Barça porte plainte pour non-assistance à équipe en danger

     Certes, le Milan était supérieur dans tous les compartiments du jeu et leurs défenseurs ont fait passer Messi pour un nain de Fort Boyard tant sa pointe de vitesse rappelait celle de passe-partout courant derrière olivier Minne.

    Certes, c’était un peu naïf de penser qu’une simple passe à dix sans aucun changement de rythme suffirait à déstabiliser une équipe italienne rompue à la discipline tactique et aux joutes européennes.`

    Mais si dans ces moments-là, Barcelone ne bénéficie plus de l’aide arbitrale, alors où va-t-on ? Les grandes équipes méritent d’âtre protégées et il est absolument anormal qu’aucun penalty n’ait été sifflé en faveur des Blaugrana au plus fort de la domination milanaise Pire, une main flagrante avant le but de Boateng a échappé à la vigilance des arbitres et ce n’est pas parce que celle-ci est l’œuvre de Zapata qu’il faut nous faire croire qu’il l’a fait disparaître comme par magie. Les Catalans ont raison d’en faire tout un cirque. C’est toute une tradition du football, tout un pan d’Histoire de la Champions League que l’arbitre principal et ses assesseurs ont remis en cause par leur attitude bornée, tirant un train sur les Arsenal-Barcelone ou les Barcelone –Chelsea qui ont fait la réputation des Barcelonais.

    La Fifa, qui a livré en avance à Messi son cinquième ballon d’or la semaine dernière, planchait déjà ce soir sur les nouveaux changements de règles à effectuer pour la désignation du meilleur joueur 2013 en cas d’élimination de Barcelone dès les 1/8èmes de finale.

    C’est tout cela qui a motivé le président de Barcelone à porter plainte contre les arbitres pour non-assistance à équipe en danger, une première en Espagne mais pas en Europe puisque la Juve est une habituée de ce type d'action. Pour notre rédaction, Joan Laporta a accepté de revenir sur ses motivations : « C’est sûr que se faire battre par cette toute petite équipe du Milan AC alors que depuis le début de l’année, on écrase des équipes aussi prestigieuses que Getafe, Grenade, Osasuna ou Levante, c’est rageant mais c’est le sport. En revanche, qu’à aucun moment du match, l’arbitre ne trouve le moyen de nous aider, c’est inadmissible’

    Mais si l’on en croit certains joueurs de Barcelone, la colère du président aurait des racines plus profondes : il n’aurait pas supporté la rentrée en fin de match de Traoré. Sous couvert d’anonymat, un joueur de Barcelone revient sur ce fait de jeu : « OK, ce soir Milan a été plus fort mais on peut respecter l’adversaire, on n’est pas obligé de l’humilier. Faire rentrer Traore à dix minutes de la fin à la place d’El Sharawy, c’est un peu comme si le PSG sortait Ibrahimovic pour Lugano ou que Marseille faisait rentrer Apruzesse. Il y a des choses qui ne se font pas, ça s’appelle le respect. ».

    « La Coupe du Monde est-elle dans une mauvaise passe Le bœuf monte sur ses grands chevaux »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :