• La gauche entre Cahuzac et cul-de-sac

    4 mois c’est long mais pas tant que ça quand il s’agit de la Suisse. Pour avoir géré cette affaire en pépère tranquille, celui qu’on appelle désormais M. bricolage se voit contraint de serrer la vis pour ne pas péter un boulon. Car si Médiapart a révélé l’affaire dès le mois de décembre, l’ancien boxeur Cahuzac n’a pas baissé la garde. L’évadé fiscal a de la fuite dans les idées et sait encore donner des coups là où ça fait mal. « Quand on aime, on ne compte pas », c’est la devise de l’ex-ministre du budget. Mais avec un solde créditeur d’un demi-million d’euros sur un compte à Singapour, même si l’argent n’a pas d’odeur, ça sent mauvais pour Jérôme. Et pour le gouvernement.

    Après avoir déclaré la semaine dernière qu’il fallait évidemment allonger la durée de cotisation puisque la durée de vie augmentait, voilà donc « Rain man » obligé de faire une loi pour rassurer le peuple : on se demanderait presque comment il ne vient pas à l’idée de Jean-Marc Ayrault et de ses conseillers de crier une bonne fois pour toutes : Sarkozy, sors de ce corps ! Un fait divers : une loi, c’est reparti sur le même rythme que la présidence précédente, le footing en moins. S’il continue ainsi, le plus normal des présidents risque de faire regretter le défenseur de la Veuve Bettencourt et de l’orphelin et de continuer à inverser sa courbe de popularité à défaut d’inverser celle du chômage. Le pédalo prend l’eau de tous côtés, à moins que ce soit de la semoule qui s’infiltre. Même Edwy Plenel, malgré sa modestie légendaire et son indépendance totale à l’égard de tout ce qui n’est pas d’extrême gauche, se permet de faire la leçon aux socialistes dans Marianne.

    Pourtant, s’il n’y a certes pas de quoi faire le coq quand on a le charisme d’une poule, le président a de vraies raisons de se réjouir, au moins trois.

     1. Pour un gouvernement qui avait décidé de combattre l’évasion fiscale, c’est un joli coup de filet. On peut même dire que dans ce domaine, la gauche a déjà fait mieux en un an que la droite en cinq.

    2. Pour une fois qu’il se passe quelque chose à L’Elysée, on devrait s’en réjouir. Donner du grain à moudre à Pépère, c’est l’occasion pour lui de montrer qu’il sait faire un bon café.

    3. Pendant que l’on parle du scandale Cahuzac, au moins on ne parle pas du chômage et on donne du travail à tous les journalistes et chroniqueurs de France.

    En attendant, le gouvernement s’est en tout cas trouvé un nouveau ministre du budget. En espérant que Cazeneuve ne rime pas avec retour à la case départ.

    « Mieux vaut un vrai crapaud qu'un faux princeQuestions d'actualité »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :