• Il est vrai votre poisson?

     

    En avril, qui ne se découvre pas se défile. Or il faut avouer que chaque année, c'est un sacré challenge de piéger quelqu'un qui s'attend à l'être et de faire passer le premier avril pour le 32 mars.

    A moins d'avoir dans ses connaissances quelqu'un de distrait ou de très naïf, il y a de fortes chances pour que la plaisanterie s'écaille. Pour monter un coup, on ne peut pas se contenter des sandres et mener quelqu'un en bateau n'est pas toujours de très bon thon.

    Pas besoin d'être rusé comme un serpent pour ne pas avaler des couleuvres.

    On sait normalement assez vite si c'est du bar ou du saumon et il faut vraiment être une tanche pour mordre à l'hameçon.

    Dans ce genre de situation, il n'y a guère que les enfants qu'on arrive à attraper dans ses filets. Mais même si on leur fake croire à peu près ce qu'on veut, c'est au risque de leur faire une fausse joie ou de déclencher chez eux une vraie tristesse. Sans compter qu' ils se sentent très vite des cas ou des nullards sitôt qu'ils tombent dans un traquenard.

    Bref, faire un poisson d'avril, c'est un peu comme ces profs qui nous préviennent de leurs contrôles surprises et c'est aussi ridicule que de raconter une blague en commençant par la chute ou de vivre en sachant qu'on va de toute façon mourir.

    En outre, si au 16ème siècle le 1er avril marquait la fin du carême et le début de l'année, et s'il y avait une certaine cohérence à fêter le renouveau à la renaissance, j'ai bien peur que cette fête ait perdu tout son sens et qu'elle ne serve qu'à institutionnaliser le canular comme on institutionnalise l'amour le 14 février.

    Alors reste la blague qui consiste à se coller des poissons dans le dos.

    On peut toujours dire qu'on s'en fout, mais se promener avec toute la journée, ça la fish mal. Surtout que quand un hareng sort, il a rarement du saumon le fumet et que les enfants adorant ce jeu, on peut compter sur eux pour mettre le turbot. Si les faux poissons sont, pour aller à la mer, lents, pour se coller à vous, rien ne les arrête.

    Même si vous en avez plein le dos et que celui-ci est vissé à la raie, il sera difficile de noyer un poisson qui n'est pas vivant. Et vos enfants ne manqueront sans doute pas de vous rappeler que, quoi qu'il arrive, vous n'en êtes « même pas carpes ».

    Renoncer totalement à la blague du poisson doit-il être considére comme du délit de truite ? Peut-être pas mais ce qui est sûr c'est que le poisson d'avril n'est pas au bout de ses beaux bars.

    A la fin de la journée, même si on en a eu sa ration, on peut se consoler en se disant qu'il n'y a pas besoin de filer au fish de nourriture et qu'après tout, ce n'est pas si désagréable que ça de se sentir comme un poisson dans le dos.

     

    « Faut-il se réjouir de l'arrivée du printemps?Brèves de la semaine (du 02/04 au 09/04) »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    6
    malice
    Jeudi 2 Avril 2015 à 22:45

    ben trop drôle, bien trouvé bien écrit !! je suis fan ! 

    5
    Anne
    Jeudi 2 Avril 2015 à 19:25

    BRAVO !


    Fin et astucieux. C'est vraiment très réussi !

    4
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:37

    @Marc : merci, c'est un plaisir!

    3
    Marc LEBEL
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:26

    Il y a du niveau, là! Quel florilège...

    2
    Jeudi 2 Avril 2015 à 11:21

    @nabelle: merci beaucoup, même si le terme "génie" me semble plus approprié.

    1
    Jeudi 2 Avril 2015 à 09:16

    EnoOOrme ! Je like et splach, je retweet.

    Quel talent !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :