• FIFA: couper le Sepp à la racine?

     

    Maintenant que Sepp est parti, c'est l'occasion ou jamais qu'on dé-Blatter.

    Mais si certains affirment qu'il est le roi des faux sarments, admettons que c'est un peu facile de se contenter de dire que « Sepp c 'est pas bien » puis de le passer à la Moulinex.

    Car que lui reproche-t-on au juste ? Une attribution corrompue de la Coupe du Monde 2010 ? 

    Soit, on comprend que le Maroc en ait marre d'être toujours la dernière solution sur laquelle on se Rabat et qu'elle aimerait bien que de temps en temps, la Coupe du Monde, on la case à Blanca en arrêtant de croire que cela pourrait représenter un quelconque Tanger. Mais n'était-ce pas essentiel de donner la possibilité à un pays qui n'a mis fin à la ségrégation raciale qu'en 1991, d'accueillir des gens du monde entier ? N'était-il pas temps pour l'Afrique du Sud de franchir un Cap ?

    Certains lui reprochent également d'avoir donné 5 millions de dollars à la fédération irlandaise pour qu'elle renonce à intenter un procès suite à la main d'Henry ayant qualifié l'équipe de France pour le Mondial 2010. Mais qu'est-ce que 5 malheureux millions de dollars à l'échelle du football mondial ? Cela servirait à peine à acheter un joueur moyen de ligue 1. Non, franchement, il vaut mieux qu'on Henry.

    Quant à l'enquête sur les 53 relations bancaires douteuses, je trouve ça un peu gros de vouloir apprendre à un Suisse à opérer des transactions.

    Restent les soupçons de fraude lors de l'attribution des Coupes du Monde 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar. Mais là encore, ce ne sont que des soupçons.

    On prétend qu'un contrat gazier aurait été offert aux pays votant pour le Qatar et que trois membres de la FIFA auraient touché chacun 1,5 million de dollars en échange de leur vote. Soyons sérieux : peut-on imaginer des dirigeants de ce niveau baisser leur pantalon juste pour s'offrir une petite pipeline ?

    Peut-on penser sérieusement qu'un pays musulman puisse offrir des pots de vin ? C'est vraiment leur faire injure que de se demander si leur obtention de la Coupe du Monde, c'est dollar ou du cochon.

    Ce serait dommage de ternir, par des allégations abracadabrantes, l'image du football mais surtout du Qatar. Que ce tout petit pays, à deux Doha de la faillite, soit l'heureux organisateur d'un tel événement, n'est-ce pas le triomphe absolu de la démocratie et l'espoir qu'un jour la Coupe du Monde revienne à la Jamaïque ou au Liechtenstein ?

    Quant à l'irruption de la corruption en Russie, elle semble inenvisageable. Que Poutine et Medvedev, une crème l'un, la neutralité incarnée l'autre, aient eu, ne serait-ce que l'idée d'avantager la Russie, il faut se pincer pour y croire. Que la Russie veuille à tout prix sa Coupe du Monde et que Vlad y mire une occasion de se faire mousser, c'est vraiment chercher des poux dans sa team.

    Même si, il faut l'avouer réussir à refiler sa monnaie à des gens qui en sont blindés, ce serait vraiment un Rouble art.

    Non vraiment, on ne serait pas étonné que toutes ces affaires aboutissent à un non-lieu car peut-on décemment imaginer le président russe exercer des pressions sur qui que ce soit ? Et le Qatar venir avec son caddie faire ses courses tel un cheikh sans provisions ?

    Blatter a donc raison de botter en touche lorsqu'on lui parle de corruption: le vrai football se joue dans les tribunes.

     



     

    « Brèves de la semaine (du 01/06 au 08/06)Brèves de la semaine (du 18/06 au 25/06) »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :