• Faut-il croire aux tests truqués sur Facebook?

    « Ne pas croire aux tests Facebook, c’est aussi ridicule que de ne pas croire au surnaturel » me disait un très bon ami extraterrestre. Certes, ne pas croire aux fantômes, c’est votre drap le plus strict. Mais à trop croire qu’on ne peut pas traverser les parois, on risque de se cogner la tête contre les murs et ne pas avancer. Alors plutôt que d’espionner la vie des autres et de lire tout ce qu’ils publient au point de ne plus bouger avec les posts, rien de tel qu’un zeste de test pour découvrir qui on est vraiment et aller de l’avant.

     

    Même si j’ai été parfois étonné de constater qu’un nombre considérable de mes amis ressemblait comme deux gouttes d’eau à Brad Pitt, le caractère scientifique des tests Facebook n’est plus à prouver, une étude récente ayant démontré qu’ils étaient aussi fiables que les test de magazines féminins. Toutefois, voir son double ne suffit pas toujours à y voir plus clair.

     

    C’est pourquoi, étant donné l’aspect parfois chronophage des réseaux sociaux, la question du choix du test est essentielle. D’autant que comme Facebook regorge de videos et de réflexions plus intelligentes les unes que les autres, il serait dommage de perdre un temps précieux à répondre à des tests peu efficaces.

     

    Quel test Facebook êtes-vous ?

     

    L’important est donc de bien cibler le test. Mais pour ce faire, il faut avant tout comprendre la question posée. Evitez les tests du type « Quel est votre rapport à l’épistémologie? », « Votre esprit parnassien influe-t-il sur votre conception de l’amour comme simple expérience esthétique ? » ou encore « Comment savoir si vos aspirations théocratiques sont compatibles avec votre lecture post-millénariste des livres sacrés ? »  qui de toute façon, n’existent pas.

     

    En revanche, le test « Quel animal de compagnie êtes-vous ? » est fondamental si vous voulez ne pas rester en chien. Imaginez tout ce que ça pourrait changer si vous appreniez que vous êtes un labrador. Vous pourriez par exemple…enfin tout serait différent. Même chose pour le test « Quel fromage de chèvre êtes-vous ? », véritable trésor de révélations en plusieurs tomes.

     

    Qui d’autre que Facebook pourrait vous en dire autant sur vous-même ? Certainement pas votre conjoint. D’une part parce que ça impliquerait de renouer le dialogue avec lui. D’autre part, parce que sa réponse risquerait d’être totalement biaisée. Rien de tout cela sur Facebook qui fait preuve d’une sincérité et d’une transparence hors du commun. Ni malveillance ni règne du « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil ». La science et uniquement la science.

     

    Quant aux grincheux et aux rabat-joie qui continueraient, malgré l’excellence de ma démonstration, à contester l’intérêt de tels tests, je leur répondrais qu’ils ont un intérêt même pour ceux qui les dé-tests. Car à défaut de mieux se connaître, on peut tester sa patience et sa capacité à supporter les fautes d’orthographe. On teste également les limites du vide intersidéral dans lequel plonge un peu plus chaque jour notre humanité.

     

    « Droit à jouir : le sexe au(x) rapport(s)Faut-il parler français avec l'accent? »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    2
    Dimanche 25 Juin à 23:09

    Vous m'en voyez ravi.

    1
    Ennered
    Samedi 24 Juin à 18:15
    Bravo, vous venez de réussir votre test
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :