• Dire "Non messieurs!" au Yémen

    Que L’Arabie Saoudite fasse comme si de rien n’était en feignant de s’interroger : « Le Yémen, c’est où ça, dites ? », on pouvait s’y attendre. Mais que les hôpitaux soient attaqués ou que la coalition déclenche des frappes pendant une cérémonie funéraire sans que personne ne réagisse, c’est plus (d)étonnant. Et pourtant, bien que la situation soit catastrophique dans la capitale, Sanaa pas l’air d’émouvoir plus que ça la communauté internationale.

     

    Et que dire du silence radio des médias qui ne parlent que de la Syrie malgré le peu que nous savons d’Alep ? Cela aurait-il un lien avec les intérêts des pays occidentaux pour le pétrole ? Ou avec le fait, par exemple, que Les Etats-Unis, qui, selon « Le Monde » fournissent « une aide logistique et du renseignement à la coalition » pourraient être jugés cobelligérants ? »

    On n’ose y croire. D’ailleurs, ils n’ont vraisemblablement rien à se reprocher puisque, toujours selon « Le Monde », « L’Arabie Saoudite et ses alliés bloquent avec succès depuis mars 2015 toute enquête de l’ONU. »

     

    Certes, l’ex-président Saleh, chassé en 2011 après trente-quatre ans de règne, n’a pas laissé le pays dans un état prospère. Mais si l’addition présentée par Saleh est conséquente, il serait trop facile de lui casser du sucre sur le dos.

    La transition politique dirigée par Hadi jusqu’en 2014 n’a d’ailleurs pas fait beaucoup mieux, certains allant même jusqu’à dire d’Hadi qu’il n’a pas fait ce qu’il a dit. Houthi et ses disciples ont alors tenté de prendre le pouvoir par la force, et c’est là que l’Arabie Saoudite est intervenue, sous le fallacieux prétexte qu’Houthi serait complètement marteau. « Des clous ! » serait-on tenté de dire si l’on n’avait pas peur de taper à côté.

     

    En réalité, Les rebelles houthistes étant chiites, Riyad y combat par procuration son grand rival régional : l’Iran chiite, qui, lui, soutient les houthistes. Qu’importe donc que cette guerre ait déjà fait plus de 10000 morts rien que lors des combats -bien davantage en réalité -, l’important est que Riyad défende son honneur et puisse continuer à dire : « Que dit un Sunnite qui marche dans la merde ? Chiite! ».

     

    Quant à la situation des femmes, entre la prostitution comme dernier recours à l’extrême pauvreté, les mariages forcés -parfois dès huit ans- et l’interdiction de se promener seule dans la rue sans l’autorisation du mari, c’est à se demander comment il est possible que quasiment personne n’en parle, pas même les associations féministes, trop occupées par leur combat contre l’émission « Miss France ». Alors, devant cette situation cataclysmique, on se rassure comme on peut en se disant que tout finit par se payer et que « Rira bien qui Riyad le dernier ».

    « Tous les chemins mènent à RoméoLe dérisoire mis en pièces »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :