• Comment séduire sa coiffeuse sans que ce soit tiré par les cheveux ?

    Comment séduire sa coiffeuse sans que ce soit tiré par les cheveux ?

    Le problème est double car en général, quand les hommes vont chez le coiffeur, c’est que leur situation capillaire est quasi désespérée, et une fois qu’après le traditionnel shampoing, la préposée au massage crânien vous a malaxé les cheveux jusqu’à leur donner la forme de cette confiserie de noêl qu’on appelle Panettone, il faut la jouer serré pour avoir l’air d’un tombeur. Sans compter la soutane à collerette blanche dont elle vous affuble, propre à vous donner des airs de probité qui risquent fort de contrarier vos plans.

    Alors, certes, il y a la possibilité d’aller chez le coiffeur tous les quinze jours, avant même d’en avoir besoin, mais c’est s’exposer à la fois à la manie des coiffeurs de vouloir couper plus que de raison et d’être à chaque rendez-vous plus moche et au danger de se retrouver très vite démasqué. Même chose si vous venez prendre rendez-vous un mois avant, lorsque vos cheveux ont légèrement repoussé, et que vous profitez de l’absence de soutane pour mettre vos plus beaux habits. Il ne reste donc que quatre offensives possibles qu’il faut sélectionner selon votre personnalité mais aussi selon ce que vous attendez de cette relation (relation passagère ou amour durable). Mais compte tenu de la situation, elles s’apparentent à de véritables coups de poker.

    Le Bluff

    Cette tactique assez simple consiste à se laver les cheveux quelques heures avant d’aller chez le coiffeur. Attention toutefois, il ne faut surtout pas les sécher au sèche-cheveux car vous serez trahi par l’aspect gonflé de votre chevelure. Il faut s’y prendre suffisamment en avance pour laisser à vos cheveux le temps de sécher naturellement. Une fois qu’elle s’apprête à vous faire le shampoing et qu’elle vous pose la sempiternelle question : « Quand est-ce que vous les avez lavés pour la dernière fois ? », répondez-lui tranquillement : « il y a trois jours. » Si elle vous répond que vous avez « une très belle nature de cheveux », expression quasi-magique des coiffeurs qui vous assure leur respect éternel, c’est presque gagné. Seul problème : parfois, la coiffeuse n’est pas celle qui fait le shampoing.

    Le All-in

    Le deuxième possibilité qui s’offre à vous est de tenter de la séduire sur place, dès le premier rendez-vous. Et comme, très vraisemblablement, vous ne pourrez pas compter sur votre physique, cette option est à bannir si vous n’avez pas une répartie très au-dessus de la moyenne. Rien de pire pour une coiffeuse qu’une remarque qui arriverait comme un cheveu sur la soupe. Que dire à une coiffeuse ? Et bien, il faut rester à son niveau, c’est-à-dire lui parler de ce qu’elle connaît le mieux, en l’occurrence dans 95% des cas, des cheveux et de la météo. Si vous parvenez à utiliser la météo pour parler de ses cheveux, on peut considérer que le plus dur est fait. Voici quelques exemples : « L’éclat de vos cheveux dissipe les nuages de mon cœur. », « Vos cheveux sont comme le voile qui ternit l’éclat du soleil : ils changent la couleur de tout ce qui nous entoure. » ou encore : « Les ondulations de vos cheveux sont comme les vagues balayées par le vent : elles hypnotisent. »

    Le Check-Raise (déconseillé pour les aventures sans lendemain)

    Vous choisissez de ne plus venir pendant six mois à un an (période du check) , le temps que vos cheveux soient suffisamment longs pour pouvoir parler fourches au bout des cheveux, démêlage ou fréquence des shampoings avec elle. Les sujets de conversation sont alors inépuisables et propices aux rapprochements. Vous pouvez aisément, surtout si vous trichez un peu, vous trouver des tonnes de points communs (étape indispensable à la validation du grand amour) comme l’usage du même après shampoing ou l’utilisation de la même technique de brushing. Rien ne vous empêche alors de l’inviter chez vous pour tester un shampoing ensemble.

    La sur-relance

    Au bout de plusieurs mois, une fois que vous êtes venus suffisamment de fois pour qu’elle vous reconnaisse, vous lui proposez un rendez-vous. Soit elle accepte et c’est signe que votre charme a fini par opérer, soit elle refuse et vous faites mine de vous indigner : « Comment ?! Jusqu’ici, j’ai accepté tous les rendez-vous que vous m’avez donnés, et pour une fois que c’est moi qui vous en donne un, vous refusez! », avec le risque qu’elle ne comprenne pas votre humour, ou qu’elle n’y soit pas sensible. Ne vous arrachez pas les cheveux, il y a plein d’autres coiffeuses qui ne demandent qu’à ce qu’on les flatte dans le sens du poil.

    « Marseille se défend de concurrencer la fête des morts (Quamel Pusati)Les Brèves de la semaine (du 12 au 19/11/12) »
    Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    nabelle
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 21:39

    J'adore l'idée d'être un cheveu sur la soupe de cette charmante demoiselle aux sujets inégalables ! Samuel, t'es trop fort !

    Réussir à parler d'un sujet si banal que la coiffeuse, mais en utilisant un vocabulaire "juste un peu au dessus de la moyenne", c'est magique.

     

    nabouille

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :