• Brandao se met l'Italie à dos

    Mardi 22h 40, le 1/8ème de finale retour entre L’Inter et L’OM touche à sa fin. On pense que les deux équipes vont se quitter dos à dos mais les Phocéens, qui ont su faire le dos rond pendant les périodes de temps fort des italiens surprennent les joueurs de Ranieri et leur font finalement courber l’échine.

    Cette victoire, Marseille la doit à un seul homme : Evaeverson Lemos Da silva dit Brandao.

    On joue la 92ème minute. Marseille obtient un coup franc, Steve Mandanda se charge de le tirer. Le dégagement paraît anodin mais comme tous les grands joueurs, le Brésilien sent les coups : il décide donc de sauter trop tôt afin de prendre le ballon en retombant et surprendre son adversaire direct.  Mais pour le prendre définitivement à contre-pied, le futur avant-centre de la Seleçao ne se contente pas de cet éclair de génie, il tente également un geste insensé : un contrôle orienté du dos, sorte de passe décisive géniale pour lui-même puis il fait mine de ne pas savoir où se trouve le ballon en regardant dans la direction opposée.  Cette triple feinte laisse sur place Lucio. Brandao se retourne,  accélère et on se dit alors que s’il marque dans la foulée, c’est le but de l’année mais celui-ci en rajoute et se paye le luxe d’enchaîner un double petit pont sur le dernier défenseur puis le gardien avant d’expédier la balle au fond des filets, confirmant ainsi, après son doublé contre Bourg Peronnas et ses buts contre Le Havre et Nice qu’il est décidément l’homme des grands matches. 

    Les Marseillais exultent et San Siro se tait mais ce n’est pas un silence d’abattement, c’est un silence d’admiration, de recueillement presque de ce public de connaisseurs devant cet homme qui respire le football par tout son corps.

    Les statistiques de Brandao à l’extérieur en ligue des champions sont stratosphériques : 1 but toutes les six minutes soit potentiellement 15 buts par match, très loin devant Van Persie et Ronaldo (0, 5 but par match) et même devant Messi (1, 8 but par match), relégué à des années lumières du prodige Brésilien plus que jamais en course pour le ballon d’or. On comprend mieux alors les trois changements effectués par Ranieri assez tôt dans la partie malgré la possibilité d’une prolongation. Il savait que tant que « La Bête » n’était pas sur le terrain, tout restait possible. 

    Comme tous les grands joueurs, l’ancien meilleur buteur du championnat d’Ukraine est aussi sûr de sa force. Il savait avant de rentrer qu’il allait marquer. Cette victoire est donc aussi celle de son coach qui a su le lancer au bon moment et qui lui a fait confiance, bien qu’on ne soit pas sûr, lorsqu’on entend le Brésilien en interview, que Didier Deschamps ait tout compris à ce qu’il lui a dit avant d’entrer sur le terrain.

    Il faut enfin saluer ici la vista du « special no one » Rémi Garde, qui, en qualifiant Nicosie, offre à Marseille une chance sur 7 de se retrouver dans le dernier carré de la ligue des champions. Ce soir, nous ne pouvons que nous incliner devant son génie. Chapeau l’artiste.

     

     

    « Le film était presque parfaitLe fabuleux destin d'Anthony Bancarel »
    Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :