• Laurent Blanc a enfin livré sa liste. Comme toujours, même si elle suit une certaine logique , elle n'est pas exempte de quelques surprises.

    Les attendus :

    Gourcuff (Lyon) : comme prévu, le champion du monde de ball-trap a été convoqué par Laurent Blanc. Il faut dire qu'une telle constance à ce niveau est rare. Il a récité sa partition toute la saison avec une étonnante régularité, rejouant tout le temps le même match, sauf peut-être contre Brest où il a parfois semblé un peu irrégulier.

    A. Diarra (Marseille) : Cette saison, il a repoussé les limites du football. Son talent est tel qu'il peut se passer de la technique de base du footballeur tout en continuant à évoluer à son meilleur niveau. Tout simplement impressionnant.

    Les surprises:

    Penneteau (ramasseur de balles dans les buts de Valenciennes) : malgré son splendide arrêt (le seul à ce jour) face à Dijon lors de la 22ème journée, le sélectionneur a choisi de se passer de ses services. Un choix audacieux. Injuste diront certains.

    Le Gazélec (Aiacciù): C'est la grande surprise de la liste. Malgré leur brillant parcours en coupe de France et leur état d'esprit irréprochable, Laurent Blanc n'a retenu aucun joueur.

    Cédric Bardon (maison de retraite de Guingamp) : Certes, le Maradona du stade Antonis Papadopulos a stoppé sa carrière l'année dernière. Mais on a vu en 2006 ce que pouvait produire le retour d'un champion en sélection. On s'attendait à ce que le Président propose le même défi à celui qui fut à l'origine du renouveau du football chypriote lors de son passage à l'Anorthosis Famagouste Football Club. Il n'en est rien. Espérons que l'équipe de France n'ait pas à s'en mordre les doigts.

    Benzéma (Real Madrid) : Malgré son obstination à demeurer dans un tout petit club peu médiatisé et au risque de devenir invisible, Laurent Blanc a choisi de faire confiance à l'ancien lyonnais.

    Mabiala (Nice) : On dit souvent que pour faire gagner une équipe dans une grande compétition, il faut des metteurs d'ambiance, des Lionel Charbonnier version 2012. Avec son immense sens de l'humour en défense, le grand espoir des Aiglons aurait pu faire partie de ceux-là mais Laurent Blanc en a décidé autrement.

    D'après nos calculs, si Laurent Blanc ne choisit que 23 joueurs au final, il devra en éliminer 3. Qui seront les futurs Djétou, Laigle ou Lamouchi de la liste ? Sachant que Rémy, Malouda et Kaboul sont blessés, le choix s'annonce cornélien.

    Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • L’esprit d’accueil des Corses, qui s’est révélé au grand jour la semaine dernière en demi-finale de coupe de la ligue, a poussé notre reporter à prolonger quelque peu son séjour sur l’île de beauté. Il faut dire que les joueurs du Gazélec ont rendu à ladite île, si besoin était, toutes ses lettres de noblesse. Joint par téléphone hier soir, il nous livre ses impressions sans concessions.

    Q.P : Allô, Jean-Luc ? Ici, Quamel, je t’appelle au sujet du match de mardi, nos lecteurs attendent toujours le compte-rendu, je me suis dit que c’était plus simple de t’appeler pour en discuter puis de diffuser l’interview.

    J-L : Bonjour Monsieur, ici Jean-guy T. avec Yvan C. Nous vous passons votre ami.

    Q.P : Euh, allo, Jean-Luc ? Quelle est l’ambiance à Ajaccio après cette déconvenue ? La morosité a-t-elle gagné la ville ?

    J-L : Eh bien, c’est un peu difficile à dire, je ne suis pas exactement à Ajaccio, je suis un peu dans les hauteurs, avec mes hôtes, très exactement près des bergeries de Finosa à….  « passe-moi le téléphone », Allô, Monsieur Quamel, contentez-vous de parler du match…

    Q.P : Euh, d’accord, très bien, excusez-moi. Comment expliquer les deux visages des Lyonnais ? : ce genre de match n’est-il pas propre à aviver les regrets, notamment lorsqu’on pense à Nicosie ?

    J-L : Bien sûr, Mais il faut se dire aussi que Lyon n’a vraiment pas eu de réussite contre Nicosie, qui est resté à 11 pendant tout le match. Si les Chypriotes avaient terminé à 9, je pense que Lyon avait une chance de passer.

    Q.P : Ne peut-on pas dire tout simplement, au vu du score (0-4) que Lyon était trop fort mardi soir ?

    J-L : Non, il ne faut pas oublier que les gaziers ne jouaient pas dans leur stade habituel, qu’il pleuvait, que le ballon du match n’était pas très bien gonflé, qu’on jouait un mardi soir, le lendemain du lundi de Pâques et que la dernière fois qu’un club Corse est arrivé en demi-finales d’une coupe nationale, c’était lors du drame de Furiani, je crois que les Ajacciens n’ont pas réussi à l’occulter.

    En outre, avant l’expulsion, le Gazélec a fait jeu égal avec Lyon et même en début de deuxième mi-temps, les Corses se sont montrés très dangereux à deux reprises. Face à l’une des meilleures charnières Européennes du moment, ça force le respect.

    Q.P : Certes, mais l’expulsion fait partie du jeu et celle-ci était totalement méritée : le joueur arrive lancé, il tacle par derrière, ses deux pieds sont décollés du sol et si le Lyonnais ne saute pas, il se fait casser la jambe…

    J-L : Euh… c’est vrai mais il n’ y a aucune intention de faire mal ! Il s’agit plutôt d’un excès d’engagement, les Corses sont comme ça, ils sont généreux dans tout ce qu’ils font, ils n’en donnent jamais assez, je suis bien placé pour le savoir. Le pauvre Colinet a donné tout ce qu’il avait, il a pensé à l’honneur de son club, à sa famille, à sa fille qui était dans les tribunes, au peuple Corse, qui est opprimé par les continentaux depuis 1769 alors même qu’il a été le premier à se libérer de l’emprise nazie en… un instant (« c’est écrit quoi là ? ») euh…en 1943, et malheureusement, l’arbitre n’a tenu aucun compte de tous ces éléments, il a manqué de psychologie, il a gâché la fête et offert la victoire aux Lyonnais.

    Q.P : Tout de même Jean-Luc, on a bien vu que les Corses n’ont pensé qu’à intimider les Lyonnais, en les insultant, en les agressant dès l’entrée dans le couloir menant aux vestiaires, en profitant du moindre arrêt de jeu pour les provoquer ou en allant voir constamment l’arbitre pour se plaindre. Et les supporters n’ont pas été en reste, ils ont quand même poussé des cris de singes quand Gomis touchait le ballon et ils lui ont même lancé une banane !

    J-L : Oui…enfin Non, pas du tout! Les Corses sont juste fiers de leurs origines, de leur culture et de leur région alors à la moindre occasion, ils vont voir les touristes pour leur parler du pays qu’ils n’ont pas la chance de connaître. Personnellement, ça fait une semaine que j’en entends parler et je peux vous assurer que ça m’a ouvert les veines, pardon les yeux. C’est indispensable si on veut que leurs revendications s’impriment sur les tempes, je veux dire dans les têtes. Quant aux cris des supporters, il y a méprise, ce que vous avez pris pour des cris d’animaux n’étaient que les basses de chants polyphoniques entamés en l’honneur des Lyonnais. Enfin, tout le monde sait que la banane est un antioxydant qui diminue les risques de cancer du rein et d’ulcères. Ce qu’a fait Gomis lorsqu’il a marqué, bafouant l’hospitalité Corse, est inadmissible.

    Q.P : On rapporte aussi que la voiture de l’arbitre, M. Enjimi, a été plastiquée à la mi-temps, qu’on lui a téléphoné pour lui dire que sa femme avait été enlevée et qu’il ne la récupérerait vivante que s’il accordait deux penaltys aux Ajacciens entre la 45ème et la 50ème. Il aurait également trouvé une bombe artisanale sous sa douche.

    J-L : On a beaucoup exagéré ce qui s’est réellement passé. On a certes retrouvé des bouts de plastique sur la voiture de l’arbitre mais sa femme a été relâchée par les ravisseurs dès la fin de la rencontre. Enfin, la bombe était une plaisanterie destinée à détendre l’atmosphère, une sorte de bombe à eau géante, l'eau ayant simplement été remplacée par du gaz. Excusez-moi, les bergers m’appellent.

    Q.P : A Ajaccio, entre les bergers et les chèvres, il n’y a qu’un pas.

    J-L : ….

    La ligne a malheureusement été coupée à la suite de cette dernière remarque. La liaison avec ces contrées reculées est parfois très difficile à établir.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Mardi 22h 40, le 1/8ème de finale retour entre L’Inter et L’OM touche à sa fin. On pense que les deux équipes vont se quitter dos à dos mais les Phocéens, qui ont su faire le dos rond pendant les périodes de temps fort des italiens surprennent les joueurs de Ranieri et leur font finalement courber l’échine.

    Cette victoire, Marseille la doit à un seul homme : Evaeverson Lemos Da silva dit Brandao.

    On joue la 92ème minute. Marseille obtient un coup franc, Steve Mandanda se charge de le tirer. Le dégagement paraît anodin mais comme tous les grands joueurs, le Brésilien sent les coups : il décide donc de sauter trop tôt afin de prendre le ballon en retombant et surprendre son adversaire direct. Mais pour le prendre définitivement à contre-pied, le futur avant-centre de la Seleçao ne se contente pas de cet éclair de génie, il tente également un geste insensé : un contrôle orienté du dos, sorte de passe décisive géniale pour lui-même puis il fait mine de ne pas savoir où se trouve le ballon en regardant dans la direction opposée. Cette triple feinte laisse sur place Lucio. Brandao se retourne,  accélère et on se dit alors que s’il marque dans la foulée, c’est le but de l’année mais celui-ci en rajoute et se paye le luxe d’enchaîner un double petit pont sur le dernier défenseur puis le gardien avant d’expédier la balle au fond des filets, confirmant ainsi, après son doublé contre Bourg Peronnas et ses buts contre Le Havre et Nice qu’il est décidément l’homme des grands matches. 

    Les Marseillais exultent et San Siro se tait mais ce n’est pas un silence d’abattement, c’est un silence d’admiration, de recueillement presque de ce public de connaisseurs devant cet homme qui respire le football par tout son corps.

    Les statistiques de Brandao à l’extérieur en ligue des champions sont stratosphériques : 1 but toutes les six minutes soit potentiellement 15 buts par match, très loin devant Van Persie et Ronaldo (0, 5 but par match) et même devant Messi (1, 8 but par match), relégué à des années lumières du prodige Brésilien plus que jamais en course pour le ballon d’or. On comprend mieux alors les trois changements effectués par Ranieri assez tôt dans la partie malgré la possibilité d’une prolongation. Il savait que tant que « La Bête » n’était pas sur le terrain, tout restait possible. 

    Comme tous les grands joueurs, l’ancien meilleur buteur du championnat d’Ukraine est aussi sûr de sa force. Il savait avant de rentrer qu’il allait marquer. Cette victoire est donc aussi celle de son coach qui a su le lancer au bon moment et qui lui a fait confiance, bien qu’on ne soit pas sûr, lorsqu’on entend le Brésilien en interview, que Didier Deschamps ait tout compris à ce qu’il lui a dit avant d’entrer sur le terrain.

    Il faut enfin saluer ici la vista du « special no one » Rémi Garde, qui, en qualifiant Nicosie, offre à Marseille une chance sur 7 de se retrouver dans le dernier carré de la ligue des champions. Ce soir, nous ne pouvons que nous incliner devant son génie. Chapeau l’artiste.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Robin Dutt ne décolérait pas à l’issue du 8ème de finale retour de ligue des champions à Barcelone : « Je crois que ce soir, on peut dire qu’on s’est fait voler, l’arbitre n’a pas comptabilisé tous les arrêts de jeu, c’est navrant parce qu’il y avait vraiment la place pour passer. On a fait plus que jeu égal avec le Barça. Dans les dernières minutes, ils étaient à l’agonie. Dans ces moments-là, je comprends Jean-Michel Aulas, je crois que les arbitres ont peur que la hiérarchie internationale soit bouleversée.»

    Le plan de l’entraîneur de Leverkusen pour contrer Messi et ses coéquipiers, frisant la perfection, tenait en quatre points :

    1.     Ne pas encaisser plus de deux buts avant la mi-temps.

    2.     Limiter l’écart à -5 à la 60ème

    3.     Ne pas compter plus de 7 buts de retard à la 90ème

    4.     Profiter des nombreux arrêts de jeu pour surprendre Barcelone et inscrire les 9 buts synonymes de qualification pour les quarts de finale.

    Le moins que l’on puise dire est que jusqu’à la 90ème minute, les Allemands appliquaient leur plan à la lettre en encaissant, dans chacune des périodes clés du match, le nombre maximum de buts qu’ils s’étaient fixés, bien aidés en cela par la prestation tout à fait extraordinaire de leur gardien.

    Non seulement Leverkusen gérait son match tranquillement mais en outre, Barcelone ne semblait pas se méfier outre mesure du piège diabolique tendu par les Allemands et se payait le luxe de faire sortir Xavi et Iniesta alors même qu’à ce moment-là du match, 8 buts suffisaient aux hommes de Dutt pour se qualifier. Une telle naïveté à ce niveau de la compétition était aussi inattendue qu’indigne d’un entraîneur comme Guardiola et on pensait que les Espagnols avaient commis l’irréparable. Mais c’était sans compter sur la participation (involontaire ?) de l’arbitre qui interrompait prématurément la partie et brisait l’élan de Leverkusen qui avait entamé sa prodigieuse remontée et que rien ne semblait devoir arrêter (7-1).

    Evidemment, ce fait de jeu va sans doute relancer la polémique sur l’arbitrage favorable à Barcelone en ligue des champions mais je crois que ce soir, le débat est ailleurs : c’est un immense sentiment d’injustice qui s’empare du monde du football tant la supériorité des Allemands a semblé criante. Ce soir, le meilleur n’a pas gagné.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « C’est peut-être le plus beau match de la décennie. Evidemment, c’est un peu frustrant d’échouer si près du but mais les supporters doivent être fiers de nous. On peut sortir la tête haute. On a encore plein de supers challenges. On est en 64èmes de finale de la coupe intercontinentale des villages des cantons du Rhône et si on gagne nos douze derniers matches, on peut encore accrocher la septième place, anciennement qualificative pour l’intertoto, qui nous permettrait de faire partie du cercle très fermé des 248 meilleures équipes européennes. On s’incline quand même chez le champion chypriote, qui a su dominer des équipes comme l’Apollon Limassol, le Doxa Katokopia ou l’Enosis Neon Paralimni. On n’a aucun regret à avoir »

     Tout est dit dans ce résumé parfaitement objectif de l’ambitieux Rémi Garde, qui, à la manière d’Arsène Wenger la veille, aura été un des seuls à y croire jusqu’au bout. Et, est-ce un effet de son contagieux optimisme ? au coup d’envoi, on se prendrait presque à rêver d’un exploit des gones. Dès l’entame, on sent en effet que ce match a le parfum des grands soirs, des Saint-Etienne –Kiev, des Bordeaux-Milan ou des P.S.G- Real Madrid.

            Pourtant, au bout de neuf minutes à peine, L’Apoel Nicosie douche les espoirs lyonnais en concluant une action d’anthologie qui ne doit rien au hasard si ce n’est d’avoir vu trois défenseurs lyonnais rater tour à tour leur intervention. Ce but de Manduca, confirmant l’adage selon lequel dans les petits matches, ce sont toujours les petits joueurs qui font la différence, est difficile à encaisser mais les lyonnais ne se désunissent pas et parviennent à contenir les assauts des galactiques de la partie septentrionale du Bassin Levantin jusqu’à la mi-temps.

    On se dit alors que les lyonnais vont finir par craquer et qu’ils ne tiendront pas tout le match à ce rythme mais à un quart d’heure de la fin, on a beau se pincer, il faut bien se rendre à l’évidence : le score n’a toujours pas évolué et l’exploit est à portée de main. C’est le moment que choisit Rémi Garde, toujours aussi audacieux dans ses choix, pour tenter un coup de poker et lancer au même moment les deux seuls joueurs lyonnais capables de faire la différence depuis plusieurs semaines : Lacazette et Gomis. Mais le « special no one » ne s’arrête pas là, il repositionne Lisandro à son poste de prédilection, en 6, juste devant la défense et laisse Jimmy Briand en électron libre entre la ligne de touche et les tribunes. Le coaching s’avère payant et au terme d’une deuxième mi-temps héroïque, Lyon arrache la prolongation.

    il serait toutefois malhonnête de réduire la prestation des Lyonnais à leur seul courage. C’est surtout d’un point de vue technique et collectif que Lyon éclabousse le match de toute sa classe, il n’y a pratiquement aucun déchet dans les transmissions et l’inspiration qui les anime transpire dans toutes leurs actions : passes aériennes à ras de terre, une-deux avec les ramasseurs de balle, grands ponts en six mètres, petits ponts dans les tibias : toute la panoplie du parfait footballeur est convoquée. On se demande encore comment Messi n’a pas pensé à rejoindre l’ancienne capitale des Gaules.

    C’est finalement au bout de la séance des tirs aux buts que les dieux du football décideront de qualifier Nicosie. Ce match ne s’inscrira donc pas dans la lignée des plus grands exploits français, des Olympiakos-Marseille ou des France-Irlande mais il aura marqué à jamais nos esprits. Certes, Lyon a fini par mourir mais à la manière de Cyrano, sans jamais se départir de son extraordinaire panache.

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique